Tous les articles par Emmanuelle Hellio

Pays de montagne et réseaux de travailleurs migrants XVIIIème – XXème siècles

Mardi 14 mars

Intervenants : Laurence Fontaine (Historienne – Centre Maurice Halbwacks) et Stéphane Kronenberger (Historien – Université de Nice Sophia Antipolis)

Discutantes : Céline Régnard (Historienne – Telemme) et Delphine Mercier (Sociologue – Lest)

Laurence Fontaine est historienne, directeur de recherche CNRS au Centre Maurice Halbwacks. Elle est spécialisée dans l’histoire de l’Europe pré-industrielle elle a publié de nombreux ouvrages et articles. Lien vers ses publications.

Elle a publié notamment :

– (2003) Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales (XVIIe-XVIIIe siècles), PUG, Grenoble.
– (1993) Histoire du colportage en Europe, Albin Michel, Paris. (L’évolution de l’humanité).

Stéphane Kronenberger est historien, docteur en histoire de l’Université de Nice Sophia Antipolis et Post-Doctorant A*MIDEX d’Aix Marseille Université.

Il soutenu sa thèse en 2014 intitulée :  “Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers de l’Est et du Sud-Est de la France (1871-1918)”. Page Personnelle

Il a publié notamment :

– (2016) « La frontière des Alpes-Maritimes et les populations étrangères (1871-1918) », in Yvan Gastaut, Yves Kinossian, Marc Ortolani et Ralph Schor (dir.), Fixer et franchir la frontière : Alpes-Maritimes 1760-1947. Milan, Silvana Editoriale, p. 237-250.
– (2016) « Les ouvriers des Calanques (The workers of the Calanques) », in Xavier Daumalin et Isabelle Laffont-Schwob (dir.), Les Calanques industrielles de Marseille et leurs pollutions : Une histoire au présent/Pollution of Marseille’s Industrial Calanques : The impact of the Past on the Present, Aix-en-Provence, REF.2C Editions, p. 93-129. 
– (2016) « Les OS immigrés à l’écran : les luttes de la « première génération » lors des conflits de l’automobile (1981-1984) », Hommes et Migrations, n° 1313, janvier-mars 2016, p. 45-53.
– (2014) « Des fromagers suisses en Franche-Comté : Compétences, pluriactivité et réseaux (1850-1914) », Histoire et sociétés rurales, vol. 41, n° 1, 2014, p. 55-87.

Séminaire 2/III – Martin Oliveira : Migrants roms roumains et acteurs des projets d’insertion. Différences d’attentes et de stratégies sur la question du travail

Mardi 14 février
Intervenant : Martin Oliveira (Ethnologue, Université Paris 8)
Discutant : Mustapha El Miri

 

Il a publié plusieurs articles sur cette question, parmi lesquels :

2015, avec Stoichiţa V. & Williams P., Situations des Roms en Europe : regards d’ethnographes, Société d’Ethnologie Française, Paris

2012, La tradition de l’intégration. Une ethnologie des Roms Gabori dans les années 2000, éditions Pétra, Paris

 2011, Roms en (bidon)villes. Quelle place pour les migrants précaires aujourd’hui ?, éditions rue d’Ulm, Paris

2010, Roms de Roumanie, la diversité méconnue : études et perspectives, Études tsiganes, vol. 38, Paris

Bilan des 2 premières années

Mardi 13 décembre :  Bilan des 2 premières années

Intervenants : Frédéric Décosse, Delphine Mercier et Mustapha El Miri

En clôture de la deuxième année d’existence du Séminaire Migration & Travail au LEST, l’équipe de coordination – Frédéric Décosse, Mustapha El Miri, Delphine Mercier & Ingrid Tucci (LEST)- présente ” Migrations & travail : nouvelles approches théoriques et empiriques “

Le business de la fripe. Contrebande et économie de la frontière Etats-Unis/Mexique

Mardi 11 octobre

Aprés-midi

“Le business de la fripe : contrebande et économie de la frontière Etats-Unis/Mexique.”
Intervenant : Efren Sandoval (CIESAS)
Discutants : Delphine Mercier (LEST) et Boris Pétric (CNE)
Ecouter Efren Sandoval

Efren Sandoval Hernández est anthropologue au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS Monterrey, Mexique) et Visiting Scholar à l’IMéRA. Ses travaux récents portent notamment sur les dynamiques transfrontalières et les migrations internationales à la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Il a publié plusieurs travaux sur cette question, parmi lesquels :

  • 2015 – “La frontera como centro de la globalización  popular. Almacenes mayoristas y mercados de pulgas en el sur de Texas”, in Alberto Hernández Hernández & Amalia E. Campos-Delgado (ed.), Líneas, límites y colindancias. Mirada a las fronteras desde América Latina, México, El Colegio de la Frontera Norte – CIESAS, p. 223–244.
  • 2014 – “Mayoristas asiáticos en la frontera de Texas con México. Comercio, migración y fronteras étnicas”, Revista Trayectorias, no. 39: 59-82.
  • 2013 – “Configuración local del comercio mayorista en Laredo, Texas. Un eslabón en el flujo global de mercancías”, in Georgina Rojas et Margarita Estrada (ed.),  Desde abajo. Miradas antropológicas de la globalización,  México, CIESAS, p. 85-107.
  • 2012 – “Economía  de  la  fayuca  y  del  narcotráfico  en  el  noreste  de  México”,  en Desacatos, no. 38, janvier – abril: 43-60.
  • 2011 – “L’organisation du commerce transfrontalier à Monterrey (Mexique) », in Franck Mermier et Michel Peraldi (ed.), Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, Karthala, p. 317-337.
Affiche Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 7

Les mobilités européennes vers le Maghreb. Migrations néo-coloniales ou hétérotopies néo libérales ?

Mardi 10 mai

Après-midi

Intervenant : Michel Péraldi (IRIS)
Discutant : Mustapha El Miri (LEST)
Ecouter Michel Péraldi

Michel Peraldi est sociologue, directeur de recherche au CNRS, rattaché à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS).

Il a publié plusieurs travaux sur cette question, parmi lesquels :
– 2015 (& Terrazzoni L) – “Itinéraires des nouveaux migrants français au Maroc”, Autrepart 74.
– 2012 – “Le Maghreb, laboratoire de nouvelles migrations”, in Antil A, Mokhefi M (ed) Le Maghreb et son Sud : vers des liens renouvelés, Paris, CNRS.
– 2011 (dir) – D’une Afrique à l’autre. Migrations subsahariennes au Maroc. Paris, Karthala (Hommes et sociétés).

Affiche du Séminaire Migtrav – Séminaire 4 Saison II

Des forçats du boulot… mais pas seulement. les espaces du travail d’immigrés égyptiens à Abu Dhabi et à Athènes

Mardi 17 novembre 2015

Intervenante : Lucile Gruntz (LPED-Mucem)

Discutant : Mustapha El Miri (Sociologue, Lest)

Lucile Gruntz est anthropologue. En 2013, elle a soutenu une thèse à l’EHESS intitulée « Le retour des citoyens. Emigration de retour du Golfe et évolutions sociales au Caire (1971-2011) ». Elle est actuellement postdoctorante LabexMed au MuCEM / LPED. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’anthropologie des migrations et mobilisent principalement l’approche ethnographique.

Dans ce domaine, elle a publié divers articles et chapitres d’ouvrage parmi lesquels :

2014 – « Des chercheurs d’or aux diplômés chômeurs : travail, émigration et politique entre Egypte et Golfe (2006-2012) », Politique Africaine 133: 93-110.

2013 – « Poules aux œufs d’or, petits patrons ou pigeons ? Usages et mésusages de l’argent des émigrés de retour du Golfe au Caire », Autrepart 67/68: 173-192.

2012 – « La “révolution” du Golfe au Caire ? Émigration de travail vers les monarchies pétrolières et changements sociopolitiques en Égypte », Migrations Société 24(143): 73-86.

2010 – « Des nouveaux riches aux jeunes martyrs : les évolutions de la migration de travail égyptienne au prisme de ses représentations médiatiques », in Iman Farag (éd.), Chroniques égyptiennes 2008, CEDEJ, Le Caire. pp. 79-118.

Sa présentation s’appuie principalement sur ses articles :

  • « Des chercheurs d’or aux diplômés chômeurs : travail, émigration et politique entre Egypte et Golfe (2006-2012) »
  • « Poules aux œufs d’or, petits patrons ou pigeons ? Usages et mésusages de l’argent des émigrés de retour du Golfe au Caire »

La frontière réseau. Penser l’articulation mobilité et immobilité dans les contrôles aux frontières des aéroports

Mardi 13 octobre 2015

Intervenants : Andréa Réa (ULB – Merge)

Discutants : Antoine Vion (AMU-Lest) et Michel Péraldi (CNRS-IRIS)

André Réa est Professeur de sociologie et Doyen de la Faculté de Philosophie et de Sciences Sociales de l’Université libre de Bruxelles. Menées au sein du Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Égalité (GERME), ses recherches s’inscrivent principalement dans le champ de la sociologie des migrations.

Dans ce domaine, il a publié divers ouvrages récents, parmi lesquels:

– Rea A.; Wets J. (Eds) The Long and winding Road to employment. Analysis of the labour market careers of asylum seekers and refugees in Belgium, Gent Academia Press, 2015.

– Ringelheim J., Herman G.; Rea A.( Eds) Politiques  antidiscriminatoires, LLN, Ed De Boeck , 2015.

– Medhoune A.; Lausbreg S.; Martiniello M. Rea A. (Eds) L’immigration Marocaine en Belgique, mémoires et destinées. Mons, Couleur livre, 2015.

– Timmerman Ch, Martiniello M., Rea A. & Wets J. (eds). New Dynamics in Female Migration and Integration, London, Routledge, 2015

Sa présentation s’appuie principalement sur les articles

  • “Controlling undesirables at the border. The uses of invidual and organizational discretionary power at Charles-de-Gaulle Airport (Paris)”
  • “Processes of bordering in the Age of Mobility”

 

Migrations, travail et luttes d’usine. perspectives historiques à partir d’enquêtes à la Régie Renault et à Peñarroya (années 1960-1970)

Mardi 7 juillet 2015

Intervenante : Laure Pitti (Sociologue, Université Paris 8 – Cresspa CSU)

Discutant : Baptiste Giraud (Sociologue, Lest)

Laure Pitti est Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris d’un doctorat en histoire soutenu dans cette même université sous la direction de René Galissot. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la sociologie de la santé, mais aussi de la socio-histoire du travail ouvrier, des mouvements sociaux et de l’immigration coloniale et postcoloniale. Dans ces domaines, elle a publié divers ouvrages et articles de référence, parmi lesquels: 

2013 (& P. Marichalar), « Réinventer la médecine ouvrière ? Retour sur des mouvements médicaux alternatifs dans la France post-1968 », Actes de la recherche en sciences sociales 196-197: 114-131.

2010, « Experts ‘‘bruts’’ et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », Politix  23(91): 103-132.

2009 (& C. Omnès – Dir), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 262 p.

2006 (Dir), « Immigration et marché du travail, un siècle d’histoire », Hommes & migrations, 1263, 124 p.

2005, « Catégorisations ethniques au travail. Un instrument de gestion différenciée de la main-d’œuvre », Histoire et mesure XX (3-4): 69-101.

2001, « Grèves ouvrières versus luttes de l’immigration. Une controverse entre historiens », Ethnologie française XXXI(3): 465-47 .

Sa présentation s’appuie notamment sur les articles

  • “Experts ‘‘bruts’’ et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970”
  • Grèves ouvrières versus luttes de l’immigration. Une controverse entre historiens”.


            –

Entre lutte pour le statut et travail précaire. Retour sur une enquête collective sur les ouvriers sans-papiers en région parisienne

Mardi 9 juin 2015

Intervenants : Sébastien Chauvin (Université d’Amsterdam – Asplan) et Lucie Tourette (Asplan)

Discutant : Paul Bouffartigues (Lest)

En introduction : projection d’un court extrait (10 min) du film : “On vient pour la visite” réalisé par Lucie Tourette en 2012
         https://www.youtube.com/watch?v=QLddNiLhojc

 

Sébastien Chauvin est professeur-assistant au département de  Sociologie de l’Université d’Amsterdam (Pays-Bas), titulaire d’un doctorat en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ses recherches portent sur le travail, les migrations et l’action collective, ainsi que sur l’homosexualité et les rapports sociaux de sexe et de race.

Lucie Tourette est, quant à elle, journaliste et documentariste.

Ils appartiennent tous les deux au collectif ASPLAN, groupe de recherche composé de Nicolas Jounin, Sébastien Chauvin, Lucie Tourette, Anne Bory, Pierre Barron (et Amy Fall), qui a réalisé une observation-participante de la grève des sans-papiers d’Ile-de-France de 2008-2009.

 Sur ce sujet, le collectif a publié divers ouvrages et articles, parmi lesquels:

2009 – ASPLAN, “Travailleurs sans papiers: la précarité interdite”, Les mondes
        du travail 7: 49-60.

  •  2010 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Lucie Tourette, “L’intérim
            en grève: la mobilisation des travailleurs sans papiers intérimaires”, Savoir/agir
            12: 19-26.
  • 2011 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers: une aventure inédite, Paris: La Découverte.
  • 2012 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, “Les grèves des travailleurs sans papiers (2006-2010)” in M. Pigenet & D. Tartakowsky (eds.), Histoire des mouvements sociaux en France: de 1814 à nos jours. Paris: La Découverte: 724-732.
  • 2013 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette [ASPLAN], “Gagner des droits sans changer le droit? La pratique syndicale du droit dans le cadre du mouvement de régularisation des salariés sans papiers” in A. Narritsens & M. Pigenet (eds.), Pratiques syndicales du droit, France XX-XXI siècles. Rennes: Presses Universitaires de Rennes: 145-157
  • 2014 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, “Derrière le sans-papier, le travailleur? Genèse et usages de la catégorie de travailleur sans papiers” en France, Genèses 94: 114-139.

Agriculture intensive et migrations. Systèmes d’intermédiation (Caporalato), chaîne globale de production et luttes dans les campagnes italiennes

Mardi 12 mai 2015

Intervenant : Domenico Perrotta (Sociologue, Université de Bergamo, Italie)

Discutante : Cristina Nizzoli (Sociologue, Lest)

Domenico Perrotta est professeur-adjoint au département de Sociologie de l’Università degli studi di Bergamo (Italie), titulaire d’un doctorat en sociologie de l’Université de Padoue (Italie). Il co-dirige la revue Etnografia e Ricerca Qualitativa ( https://www.mulino.it/riviste/issn/1973-3194 ).

Ses travaux récents portent sur les mouvements migratoires et les lieux de travail et mobilisent les méthodes qualitatives, telles que l’ethnographie et l’histoire orale. Il s’intéresse plus particulièrement au travail des migrants est-européens et africains dans le secteur agricole et à la structuration des filières agro-industrielles en Italie.         

Sur cette dernière thématique, il a publié divers articles dans des revues et des ouvrages collectifs parmi lesquels:

– Domenico Perrotta, “Agricultural Day Laborers in Southern Italy: Forms of Mobility and Resistance”, in South Atlantic Quarterly, 114, 1, January 2015,
pp. 195-203.

– Domenico Perrotta, Devi Sacchetto, “Migrant farmworkers in Southern Italy: Ghettoes, caporalato and collective action”, in Workers of the World. International Journal on Strikes and Social Conflicts, Vol. I, n. 5, 2014, pp.75-98.

– Domenico Perrotta, “Violenza simbolica e migranti in Italia. Esperienze di ricerca con operai rumeni e braccianti burkinabé”, in Rassegna italiana di sociologia, anno LV, 1, 2014, numero speciale su Teoria in pratica. Fare ricerca con (e dopo) Bourdieu, pp. 149-179.

– Domenico Perrotta, “Vecchi e nuovi mediatori. Storia, geografia ed etnografia del caporalato in agricoltura”, in Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali, 79, 2014, pp. 193-220.

– Domenico Perrotta, Devi Sacchetto, “Les ouvriers agricoles étrangers dans l’Italie méridionale entre ‘séclusion’ et action collective”, in Hommes et Migrations, n. 1-2013, pp. 57-66.

Il a aussi publié une monographie ethnographique issue de sa thèse de doctorat, consacrée aux ouvriers roumains dans le secteur du bâtiment à Bologne : Domenico Perrotta, Vite in Cantiere. Migrazione e lavoro dei rumeni in Italia, Bologna, Il Mulino, 2011.