Tous les articles par Emmanuelle Hellio

Migrations, travail et luttes d’usine. perspectives historiques à partir d’enquêtes à la Régie Renault et à Peñarroya (années 1960-1970)

Mardi 7 juillet 2015

Intervenante : Laure Pitti (Sociologue, Université Paris 8 – Cresspa CSU)

Discutant : Baptiste Giraud (Sociologue, Lest)

Laure Pitti est Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris d’un doctorat en histoire soutenu dans cette même université sous la direction de René Galissot. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la sociologie de la santé, mais aussi de la socio-histoire du travail ouvrier, des mouvements sociaux et de l’immigration coloniale et postcoloniale. Dans ces domaines, elle a publié divers ouvrages et articles de référence, parmi lesquels: 

2013 (& P. Marichalar), « Réinventer la médecine ouvrière ? Retour sur des mouvements médicaux alternatifs dans la France post-1968 », Actes de la recherche en sciences sociales 196-197: 114-131.

2010, « Experts ‘‘bruts’’ et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », Politix  23(91): 103-132.

2009 (& C. Omnès – Dir), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 262 p.

2006 (Dir), « Immigration et marché du travail, un siècle d’histoire », Hommes & migrations, 1263, 124 p.

2005, « Catégorisations ethniques au travail. Un instrument de gestion différenciée de la main-d’œuvre », Histoire et mesure XX (3-4): 69-101.

2001, « Grèves ouvrières versus luttes de l’immigration. Une controverse entre historiens », Ethnologie française XXXI(3): 465-47 .

Sa présentation s’appuie notamment sur les articles

  • “Experts ‘‘bruts’’ et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970”
  • Grèves ouvrières versus luttes de l’immigration. Une controverse entre historiens”.


            –

Entre lutte pour le statut et travail précaire. Retour sur une enquête collective sur les ouvriers sans-papiers en région parisienne

Mardi 9 juin 2015

Intervenants : Sébastien Chauvin (Université d’Amsterdam – Asplan) et Lucie Tourette (Asplan)

Discutant : Paul Bouffartigues (Lest)

En introduction : projection d’un court extrait (10 min) du film : “On vient pour la visite” réalisé par Lucie Tourette en 2012
         https://www.youtube.com/watch?v=QLddNiLhojc

 

Sébastien Chauvin est professeur-assistant au département de  Sociologie de l’Université d’Amsterdam (Pays-Bas), titulaire d’un doctorat en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ses recherches portent sur le travail, les migrations et l’action collective, ainsi que sur l’homosexualité et les rapports sociaux de sexe et de race.

Lucie Tourette est, quant à elle, journaliste et documentariste.

Ils appartiennent tous les deux au collectif ASPLAN, groupe de recherche composé de Nicolas Jounin, Sébastien Chauvin, Lucie Tourette, Anne Bory, Pierre Barron (et Amy Fall), qui a réalisé une observation-participante de la grève des sans-papiers d’Ile-de-France de 2008-2009.

 Sur ce sujet, le collectif a publié divers ouvrages et articles, parmi lesquels:

2009 – ASPLAN, “Travailleurs sans papiers: la précarité interdite”, Les mondes
        du travail 7: 49-60.

  •  2010 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Lucie Tourette, “L’intérim
            en grève: la mobilisation des travailleurs sans papiers intérimaires”, Savoir/agir
            12: 19-26.
  • 2011 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers: une aventure inédite, Paris: La Découverte.
  • 2012 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, “Les grèves des travailleurs sans papiers (2006-2010)” in M. Pigenet & D. Tartakowsky (eds.), Histoire des mouvements sociaux en France: de 1814 à nos jours. Paris: La Découverte: 724-732.
  • 2013 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette [ASPLAN], “Gagner des droits sans changer le droit? La pratique syndicale du droit dans le cadre du mouvement de régularisation des salariés sans papiers” in A. Narritsens & M. Pigenet (eds.), Pratiques syndicales du droit, France XX-XXI siècles. Rennes: Presses Universitaires de Rennes: 145-157
  • 2014 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, “Derrière le sans-papier, le travailleur? Genèse et usages de la catégorie de travailleur sans papiers” en France, Genèses 94: 114-139.

Agriculture intensive et migrations. Systèmes d’intermédiation (Caporalato), chaîne globale de production et luttes dans les campagnes italiennes

Mardi 12 mai 2015

Intervenant : Domenico Perrotta (Sociologue, Université de Bergamo, Italie)

Discutante : Cristina Nizzoli (Sociologue, Lest)

Domenico Perrotta est professeur-adjoint au département de Sociologie de l’Università degli studi di Bergamo (Italie), titulaire d’un doctorat en sociologie de l’Université de Padoue (Italie). Il co-dirige la revue Etnografia e Ricerca Qualitativa ( https://www.mulino.it/riviste/issn/1973-3194 ).

Ses travaux récents portent sur les mouvements migratoires et les lieux de travail et mobilisent les méthodes qualitatives, telles que l’ethnographie et l’histoire orale. Il s’intéresse plus particulièrement au travail des migrants est-européens et africains dans le secteur agricole et à la structuration des filières agro-industrielles en Italie.         

Sur cette dernière thématique, il a publié divers articles dans des revues et des ouvrages collectifs parmi lesquels:

– Domenico Perrotta, “Agricultural Day Laborers in Southern Italy: Forms of Mobility and Resistance”, in South Atlantic Quarterly, 114, 1, January 2015,
pp. 195-203.

– Domenico Perrotta, Devi Sacchetto, “Migrant farmworkers in Southern Italy: Ghettoes, caporalato and collective action”, in Workers of the World. International Journal on Strikes and Social Conflicts, Vol. I, n. 5, 2014, pp.75-98.

– Domenico Perrotta, “Violenza simbolica e migranti in Italia. Esperienze di ricerca con operai rumeni e braccianti burkinabé”, in Rassegna italiana di sociologia, anno LV, 1, 2014, numero speciale su Teoria in pratica. Fare ricerca con (e dopo) Bourdieu, pp. 149-179.

– Domenico Perrotta, “Vecchi e nuovi mediatori. Storia, geografia ed etnografia del caporalato in agricoltura”, in Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali, 79, 2014, pp. 193-220.

– Domenico Perrotta, Devi Sacchetto, “Les ouvriers agricoles étrangers dans l’Italie méridionale entre ‘séclusion’ et action collective”, in Hommes et Migrations, n. 1-2013, pp. 57-66.

Il a aussi publié une monographie ethnographique issue de sa thèse de doctorat, consacrée aux ouvriers roumains dans le secteur du bâtiment à Bologne : Domenico Perrotta, Vite in Cantiere. Migrazione e lavoro dei rumeni in Italia, Bologna, Il Mulino, 2011.