La Covid-19 révèle la dépendance de l’agriculture à la main-d’oeuvre étrangère.

https://www.franceculture.fr/economie/la-covid-19-revele-la-dependance-de-lagriculture-a-la-main-doeuvre-etrangere

31/03/2020 Par Anne-Laure Chouin

L’agriculture a toujours eu recours aux migrations saisonnières pour ses besoins en main-d’œuvre, mais la spécialisation des productions a accentué ce phénomène. De française, cette main-d’œuvre est passée à majoritairement étrangère : une situation révélée par la crise du coronavirus.

Ramassage des fraises en Alsace, en 2010.
Ramassage des fraises en Alsace, en 2010.• Crédits : Jean-Paul Domb – Maxppp

La crise de la Covid-19 sera t-elle l’occasion de repenser nos systèmes agricoles français? Elle est en tout cas venue souligner le besoin en main d’œuvre étrangère de l’agriculture française. Agriculture dont près de 80% de la main d’oeuvre salariée est d’origine étrangère (Chiffres 2016, source Office Français de l’Immigration). Avec la fermeture des frontières, le ministre de l’Agriculture a dû lancer un appel à toute la main d’œuvre disponible pour aider notamment aux semis et à la récolte des légumes et fruits de printemps. L’occasion de revenir sur la question cette main d’œuvre agricole, de plus en plus saisonnière, étrangère et spécialisée.

La “californisation” de l’agriculture française

La récolte des fruits et légumes en Provence a imité le modèle de l’agriculture californienne : c’est ce qu’analysait en 2002 Jean-Pierre Berlan, chercheur à l’Inra, dans un entretien donné à l’AFP. Dans cet État américain en effet, les régions sont spécialisées, l’une dans les cerises, l’autre dans les prunes, etc. Chacune de ces régions exige donc des grandes quantités de main d’œuvre pour des périodes de temps brèves, au moment de la récolte. “Le milieu local ne peut fournir les bras, explique Jean-Pierre Berlan, il faut recourir donc à une main-d’œuvre migratoire aujourd’hui mexicaine après avoir été chinoise, japonaise, philippine, américaine au cours des années 1930 (confère les paysans de l’Arkansas de l’Oklahoma et du Texas chassés de leur terres et  venus vendanger les “raisins de la colère” en Californie pendant la Grande Dépression). En Provence, toujours selon lui, _on a eu une évolution du même type_. La production de primeurs s’est faite grâce à une immigration interne (Alpes, Massif Central), puis italienne, espagnole, portugaise et, depuis une vingtaine d’années, essentiellement marocaine.”

Et c’est à mesure que l’agriculture française spécialisée s’est intensifiée que les besoins en main-d’œuvre se sont renforcés, c’est ce qu’analyse de son côté Frédéric Décosse, chercheur spécialiste des migrations de travail au CNRS. “Les saisonniers étrangers, dit-il, sont présents dans les secteurs les plus intensifs : dès lors qu’une zone agricole se spécialise et s’industrialise, en bref intensifie sa production, des canaux efficaces de recrutement de main-d’oeuvre allogène se mettent en place : seule force de travail susceptible d’accepter les conditions de rémunération et de travail proposées.

De fait, les exploitations françaises se sont agrandies à mesure qu’elles se spécialisaient et ont dû embaucher de plus en plus de saisonniers, ce qui a permis d’augmenter encore leur taille. On estime que sur la période 2018- 2019, l’agriculture a embauché 270 000 saisonniers, soit un tiers de l’emploi salarié du secteur. Il s’agit là d’un chiffre certainement sous-évalué, car lié aux contrats déclarés. En effet, pour Jean-Pierre Berlan, le recours à la main-d’œuvre immigrée a également incité les agriculteurs à l’employer de façon illégale, c’est-à-dire clandestine, et souvent avec des abus, pour affronter les aléas type mûrissement précoce ou tardif. Ce phénomène s’est particulièrement développé dans le sud de l’Espagne, avant de venir s’implanter dans le sud de la France, où la main-d’œuvre étrangère est majoritairement marocaine. Mais on trouve plusieurs nationalités d’immigration saisonnière réparties dans toute la France. Dans certaines régions, aucune production ne serait possible sans leur contribution : horticulture dans les Bouches-du-Rhône, asperges du Gard et des Landes, fraises en Dordogne ou Lot-et-Garonne, etc. 

Un processus de “délocalisation sur place”

Récolte des mirabelles près de Nancy, septembre 2019
Récolte des mirabelles près de Nancy, septembre 2019• Crédits : Cedric JACQUOT – Maxppp

Les syndicats agricoles français, qui dénoncent quotidiennement la faiblesse de leur rémunération, font valoir aux politiques que l’agriculture est pourtant un marché non délocalisable et pourvoyeur d’emplois. Paradoxalement, les exploitants opèrent une forme de “délocalisation sur place” en faisant appel régulièrement à de la main-d’œuvre immigrée, notamment dans les métiers de l’arboriculture intensive (ramassage de fruits) et du maraîchage sous serre, qui font partie des secteurs les plus en tension. Les saisonniers qui y travaillent font partie, selon l’Organisation internationale du Travail, des “plus pauvres d’entre les pauvres”. La France ne fait pas exception, même si les salaires qu’elle offre sont plus intéressants que ce que peuvent espérer les saisonniers dans leur pays d’origine. 

Une main-d’œuvre prête à travailler pour moins cher que des travailleurs locaux, qui devient alors la variable d’ajustement des agriculteurs, ces derniers ne contrôlant plus le prix de vente de leur production, ni celui de leurs intrants (produits phytosanitaires, énergie, eau, etc.). Toujours selon Frédéric Décosse, “les conditions de rémunération, mais aussi de travail, de santé et de sécurité opèrent de fait une segmentation du marché du travail, créant un sous-marché sur lequel les normes salariales et sanitaires tendent à toujours plus s’abaisser vers celles des pays d’origine des salariés, selon un processus de ‘délocalisation sur place’.

Particulièrement parlant, l’exemple de l’agriculture intensive dans le sud de la France, dépendante d’une main-d’œuvre dont le droit de séjour est limité. Faute de contrôles et de moyens, ces ouvriers agricoles saisonniers travaillent sans que la réglementation liée à leur tâche soit toujours appliquée. Les atteintes à leur sécurité et à leurs droits sont de ce fait invisibilisées, comme le documente précisément le chercheur dans “Saisonniers en servage”, la revue du GISTI, en octobre 2008. En outre, ces saisonniers étrangers n’ont pas le droit à certaines prestations sociales liés à la résidence en France : l’assurance-chômage notamment, ou les prestations familiales.

Invisibles également la plupart du temps, les mouvements de contestation de leurs conditions de travail, parfois relayés par les syndicats ou certains partis de gauche, comme cette révolte de 18 ouvriers agricoles marocains à Istres en 2013.

Géographie de la main-d’œuvre agricole étrangère 

Vendanges en Anjou, octobre 2017
Vendanges en Anjou, octobre 2017• Crédits : Christian Watier – Maxppp

On les appelle, dans le jargon, les “saisonniers OMI”, ou les “Contrats OMI”, pour Office des Migrations Internationales. C’est l’organisme qui permet leur venue de travail sur le territoire français, pour des CDD de 4 à 6 mois maximum. Ces “contrats OMI” représentent une grosse partie de l’immigration de travail en France, ils travaillent à 90% dans l’agriculture, et à près de 80% dans les exploitations de fruits et légumes. 

Essentiellement marocains, polonais et tunisiens, et de plus en plus roumains, ce sont les antennes de l’OFII (Office Français de l’Intégration et de l’Immigration ) dans ces pays qui organisent leur recrutement et leur acheminement. Pour les faire venir, l’employeur doit démontrer que le marché du travail local n’a pas suffisamment de main-d’œuvre disponible.

Les principaux départements utilisateurs de cette main-d’œuvre sont sans conteste les Bouches-du-Rhône, suivi du Lot-et-Garonne, du Vaucluse et de l’Hérault. La viticulture pèse lourd également dans le recours à cette main-d’œuvre temporaire : à elle seule, elle embauche 36 % des saisonniers agricoles. La Gironde (pour le vin de Bordeaux) et la Marne (pour le Champagne) sont les deux territoires qui mobilisent le plus de saisonniers pour les vendanges.

Selon la Dares, “les régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur concentrent à elles seules plus de 50 % du volume de travail saisonnier annuel de la filière agricole”. La Normandie, l’Ile-de-France et la Corse figurent parmi les moins gourmandes.

En attendant, la fermeture des frontières intra-européennes suite à la pandémie de Covid-19 n’a pas permis aux saisonniers étrangers de venir travailler sur le sol français cette année, d’où une pénurie de main-d’œuvre qui menace les exploitations. La présidente de la FNSEA Christiane Lambert chiffrait il y a peu à 200 000 personnes les besoins d’ici l’été. Et visiblement les candidats ont répondu à l’appel. 

Des liens pour aller plus loin :

L’édition 2020 du Déméter, avec un article sur la discrète, mais indispensable main d’oeuvre agricole migrante : https://www.cairn.info/le-demeter–0011662116-page-229.htm

Article de Frédéric Décosse dans la revue du GISTI.