Le travailleur et ses papiers. Accès à l’emploi des étrangers en situation irrégulière en France

Mardi 8 Mars
Intervenant : Stefan Le Courant (LESC)
Discutante : Anne-Marie Arborio (AMU-LEST) 
Ecouter Stefan Le Courant

Stefan Le Courant est ethnologue. Soutenue en 2015 à l’Université Paris Ouest Nanterre – La Défense et dirigée par Georges Augustins, sa thèse s’intéresse à ce que produit l’expulsabilité dans le quotidien des sans-papiers. Elle a pour titre : « Vivre sous la menace. Ethnographie de la vie quotidienne des étrangers en situation irrégulière en France ».

Il a publié divers articles et chapitres d’ouvrage parmi lesquels :

  • 2015 – « Le poids de la menace l’évaluation quotidienne du risque d’expulsion par les étrangers en situation irrégulière », Ethnologie française XLV(1) 123-133.
  • 2014 – « Être le dernier jeune ». Les temporalités contrariées des migrants irréguliers, Terrain 63 : 38-53.
  • 2014 – “Le jour où on a découvert l’Europe”‪ Le voyage et l’aventure dans le récit d’Ibrahim Kanouté, Hommes & migrations 1306(2) : 73-80.
  • 2013 – “What can we learn from a “Liar” and a “Madman”? Serendipity and double commitment during fieldwork”, Social Anthropology/ Anthropologie sociale, 21 (2): 186-198.
  • 2013 – “Moi je viens de Mars, et toi ?” Le rire dans les espaces publics de la Goutte d’Or, Terrain, 61 : 54-67.
  • 2010 – “L’intériorisation de la frontière sous menace d’expulsion. Le quotidien des étrangers en situation irrégulière”, in D. Fassin (éd.), Les nouvelles frontières de la société française. Enquête sur l’altérité nationale (Paris, La Découverte) : 455-476.
  • 2009 – “Remettre son passeport à la police ? Coopérer, s’opposer à la procédure juridique d’expulsion du territoire français”, in C. Kobelinsky et C. Makaremi (éd.), Enfermés dehors, enquête sur le confinement des étrangers (Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant) : 183-201.
Affiche Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 2

Le gouvernement des frontières. De la précarité juridique à l’exploitation économique

Mardi 9 Février
Intervenante : Chowra Makaremi (IRIS)
Discutant : Cédric Parizot (IREMAM)
Ecouter Chowra Makaremi

Le gouvernement des frontières

Chowra Makaremi est anthropologue. Soutenue en 2010 à l’Université de Montréal et dirigée par Mariella Pandolfi, sa thèse portait sur les zones d’attente et jetait un regard ethnographique sur un segment méconnu du dispositif d’enfermement des étrangers en France. Elle est aujourd’hui chargée de recherche au CNRS et affectée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). Ses recherches portent d’une part, sur les usages de la violence politique en Iran et d’autre part, sur les politiques migratoires, le confinement des étrangers et les mineurs.
Dans ce second domaine, elle a publié divers articles et chapitres d’ouvrage parmi lesquels :

  • 2015, “Border Policies. From Denizens to Legal Ghosts”, in Lehmkuhl Ursula, Lüsebrink Hans-Jürgen & McFalls Laurence (ed.) Spaces of Difference: Conflicts and Cohabitation, New-York, Waxmann.
  • 2013, avec D. Fassin et al, Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil.
  • 2010, « Les audiences du 35 quarter: “la procédure de jugement en zone d’attente” », in Fassin Didier (ed.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, pp. 437–458.
  • 2009, avec C. Kobelinsky (dir.), Enfermés dehors. Enquêtes sur le confinement des étrangers, Bellecombe en Bauges, Éditions du Croquant (Terra), 335 p.
  • 2008, « Participer en observant : Etudier et assister les étrangers aux frontières », in Fassin Didier & Bensa Alban, Politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, pp.165-183.
Affiche du Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 1

Des forçats du boulot… mais pas seulement. les espaces du travail d’immigrés égyptiens à Abu Dhabi et à Athènes

Mardi 17 novembre 2015

Intervenante : Lucile Gruntz (LPED-Mucem)

Discutant : Mustapha El Miri (Sociologue, Lest)

Lucile Gruntz est anthropologue. En 2013, elle a soutenu une thèse à l’EHESS intitulée « Le retour des citoyens. Emigration de retour du Golfe et évolutions sociales au Caire (1971-2011) ». Elle est actuellement postdoctorante LabexMed au MuCEM / LPED. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’anthropologie des migrations et mobilisent principalement l’approche ethnographique.

Dans ce domaine, elle a publié divers articles et chapitres d’ouvrage parmi lesquels :

2014 – « Des chercheurs d’or aux diplômés chômeurs : travail, émigration et politique entre Egypte et Golfe (2006-2012) », Politique Africaine 133: 93-110.

2013 – « Poules aux œufs d’or, petits patrons ou pigeons ? Usages et mésusages de l’argent des émigrés de retour du Golfe au Caire », Autrepart 67/68: 173-192.

2012 – « La “révolution” du Golfe au Caire ? Émigration de travail vers les monarchies pétrolières et changements sociopolitiques en Égypte », Migrations Société 24(143): 73-86.

2010 – « Des nouveaux riches aux jeunes martyrs : les évolutions de la migration de travail égyptienne au prisme de ses représentations médiatiques », in Iman Farag (éd.), Chroniques égyptiennes 2008, CEDEJ, Le Caire. pp. 79-118.

Sa présentation s’appuie principalement sur ses articles :

  • « Des chercheurs d’or aux diplômés chômeurs : travail, émigration et politique entre Egypte et Golfe (2006-2012) »
  • « Poules aux œufs d’or, petits patrons ou pigeons ? Usages et mésusages de l’argent des émigrés de retour du Golfe au Caire »

La frontière réseau. Penser l’articulation mobilité et immobilité dans les contrôles aux frontières des aéroports

Mardi 13 octobre 2015

Intervenants : Andréa Réa (ULB – Merge)

Discutants : Antoine Vion (AMU-Lest) et Michel Péraldi (CNRS-IRIS)

André Réa est Professeur de sociologie et Doyen de la Faculté de Philosophie et de Sciences Sociales de l’Université libre de Bruxelles. Menées au sein du Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Égalité (GERME), ses recherches s’inscrivent principalement dans le champ de la sociologie des migrations.

Dans ce domaine, il a publié divers ouvrages récents, parmi lesquels:

– Rea A.; Wets J. (Eds) The Long and winding Road to employment. Analysis of the labour market careers of asylum seekers and refugees in Belgium, Gent Academia Press, 2015.

– Ringelheim J., Herman G.; Rea A.( Eds) Politiques  antidiscriminatoires, LLN, Ed De Boeck , 2015.

– Medhoune A.; Lausbreg S.; Martiniello M. Rea A. (Eds) L’immigration Marocaine en Belgique, mémoires et destinées. Mons, Couleur livre, 2015.

– Timmerman Ch, Martiniello M., Rea A. & Wets J. (eds). New Dynamics in Female Migration and Integration, London, Routledge, 2015

Sa présentation s’appuie principalement sur les articles

  • “Controlling undesirables at the border. The uses of invidual and organizational discretionary power at Charles-de-Gaulle Airport (Paris)”
  • “Processes of bordering in the Age of Mobility”

 

Migrations, travail et luttes d’usine. perspectives historiques à partir d’enquêtes à la Régie Renault et à Peñarroya (années 1960-1970)

Mardi 7 juillet 2015

Intervenante : Laure Pitti (Sociologue, Université Paris 8 – Cresspa CSU)

Discutant : Baptiste Giraud (Sociologue, Lest)

Laure Pitti est Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris d’un doctorat en histoire soutenu dans cette même université sous la direction de René Galissot. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la sociologie de la santé, mais aussi de la socio-histoire du travail ouvrier, des mouvements sociaux et de l’immigration coloniale et postcoloniale. Dans ces domaines, elle a publié divers ouvrages et articles de référence, parmi lesquels: 

2013 (& P. Marichalar), « Réinventer la médecine ouvrière ? Retour sur des mouvements médicaux alternatifs dans la France post-1968 », Actes de la recherche en sciences sociales 196-197: 114-131.

2010, « Experts ‘‘bruts’’ et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », Politix  23(91): 103-132.

2009 (& C. Omnès – Dir), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au XXe siècle. La France au regard des pays voisins, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 262 p.

2006 (Dir), « Immigration et marché du travail, un siècle d’histoire », Hommes & migrations, 1263, 124 p.

2005, « Catégorisations ethniques au travail. Un instrument de gestion différenciée de la main-d’œuvre », Histoire et mesure XX (3-4): 69-101.

2001, « Grèves ouvrières versus luttes de l’immigration. Une controverse entre historiens », Ethnologie française XXXI(3): 465-47 .

Sa présentation s’appuie notamment sur les articles

  • “Experts ‘‘bruts’’ et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970”
  • Grèves ouvrières versus luttes de l’immigration. Une controverse entre historiens”.


            –

Entre lutte pour le statut et travail précaire. Retour sur une enquête collective sur les ouvriers sans-papiers en région parisienne

Mardi 9 juin 2015

Intervenants : Sébastien Chauvin (Université d’Amsterdam – Asplan) et Lucie Tourette (Asplan)

Discutant : Paul Bouffartigues (Lest)

En introduction : projection d’un court extrait (10 min) du film : “On vient pour la visite” réalisé par Lucie Tourette en 2012
         https://www.youtube.com/watch?v=QLddNiLhojc

 

Sébastien Chauvin est professeur-assistant au département de  Sociologie de l’Université d’Amsterdam (Pays-Bas), titulaire d’un doctorat en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ses recherches portent sur le travail, les migrations et l’action collective, ainsi que sur l’homosexualité et les rapports sociaux de sexe et de race.

Lucie Tourette est, quant à elle, journaliste et documentariste.

Ils appartiennent tous les deux au collectif ASPLAN, groupe de recherche composé de Nicolas Jounin, Sébastien Chauvin, Lucie Tourette, Anne Bory, Pierre Barron (et Amy Fall), qui a réalisé une observation-participante de la grève des sans-papiers d’Ile-de-France de 2008-2009.

 Sur ce sujet, le collectif a publié divers ouvrages et articles, parmi lesquels:

2009 – ASPLAN, “Travailleurs sans papiers: la précarité interdite”, Les mondes
        du travail 7: 49-60.

  •  2010 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Lucie Tourette, “L’intérim
            en grève: la mobilisation des travailleurs sans papiers intérimaires”, Savoir/agir
            12: 19-26.
  • 2011 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers: une aventure inédite, Paris: La Découverte.
  • 2012 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, “Les grèves des travailleurs sans papiers (2006-2010)” in M. Pigenet & D. Tartakowsky (eds.), Histoire des mouvements sociaux en France: de 1814 à nos jours. Paris: La Découverte: 724-732.
  • 2013 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette [ASPLAN], “Gagner des droits sans changer le droit? La pratique syndicale du droit dans le cadre du mouvement de régularisation des salariés sans papiers” in A. Narritsens & M. Pigenet (eds.), Pratiques syndicales du droit, France XX-XXI siècles. Rennes: Presses Universitaires de Rennes: 145-157
  • 2014 – Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette, “Derrière le sans-papier, le travailleur? Genèse et usages de la catégorie de travailleur sans papiers” en France, Genèses 94: 114-139.

Agriculture intensive et migrations. Systèmes d’intermédiation (Caporalato), chaîne globale de production et luttes dans les campagnes italiennes

Mardi 12 mai 2015

Intervenant : Domenico Perrotta (Sociologue, Université de Bergamo, Italie)

Discutante : Cristina Nizzoli (Sociologue, Lest)

Domenico Perrotta est professeur-adjoint au département de Sociologie de l’Università degli studi di Bergamo (Italie), titulaire d’un doctorat en sociologie de l’Université de Padoue (Italie). Il co-dirige la revue Etnografia e Ricerca Qualitativa ( https://www.mulino.it/riviste/issn/1973-3194 ).

Ses travaux récents portent sur les mouvements migratoires et les lieux de travail et mobilisent les méthodes qualitatives, telles que l’ethnographie et l’histoire orale. Il s’intéresse plus particulièrement au travail des migrants est-européens et africains dans le secteur agricole et à la structuration des filières agro-industrielles en Italie.         

Sur cette dernière thématique, il a publié divers articles dans des revues et des ouvrages collectifs parmi lesquels:

– Domenico Perrotta, “Agricultural Day Laborers in Southern Italy: Forms of Mobility and Resistance”, in South Atlantic Quarterly, 114, 1, January 2015,
pp. 195-203.

– Domenico Perrotta, Devi Sacchetto, “Migrant farmworkers in Southern Italy: Ghettoes, caporalato and collective action”, in Workers of the World. International Journal on Strikes and Social Conflicts, Vol. I, n. 5, 2014, pp.75-98.

– Domenico Perrotta, “Violenza simbolica e migranti in Italia. Esperienze di ricerca con operai rumeni e braccianti burkinabé”, in Rassegna italiana di sociologia, anno LV, 1, 2014, numero speciale su Teoria in pratica. Fare ricerca con (e dopo) Bourdieu, pp. 149-179.

– Domenico Perrotta, “Vecchi e nuovi mediatori. Storia, geografia ed etnografia del caporalato in agricoltura”, in Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali, 79, 2014, pp. 193-220.

– Domenico Perrotta, Devi Sacchetto, “Les ouvriers agricoles étrangers dans l’Italie méridionale entre ‘séclusion’ et action collective”, in Hommes et Migrations, n. 1-2013, pp. 57-66.

Il a aussi publié une monographie ethnographique issue de sa thèse de doctorat, consacrée aux ouvriers roumains dans le secteur du bâtiment à Bologne : Domenico Perrotta, Vite in Cantiere. Migrazione e lavoro dei rumeni in Italia, Bologna, Il Mulino, 2011.


Informalité, précarité ? Femmes boliviennes au travail dans les métropoles de la migration (une comparaison Argentine-Espagne)

Mardi 14 Avril
Intervenante : Virginie Baby-Collin (TELLEMMe)
Discutante : Delphine Mercier (LEST)

Femmes boliviennes au travail…

Virginie Baby-Collin est professeur agrégé, titulaire d’un doctorat de géographie de l’Université de Toulouse et d’une Habilitation à Diriger les Recherches soutenue à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense en 2014. Elle est maître de conférences en géographie a l’Université d’Aix-Marseille, rattachée au laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (TELEMME).

Influencés par le paradigme transnationaliste, ses travaux portent sur la question urbaine, l’exclusion, l’identité (notamment indienne), ainsi que sur la mobilité et les migrations.  Elle a développé la majeure partie de ses recherches  sur le continent sud (Bolivie, Venezuela, Argentine) et nord-américain (Mexique, États-Unis) et plus récemment en Espagne. Celles-ci ont donné lieu à de nombreuses publications dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs et en nom propre, parmi lesquelles on retiendra notamment :

  • Baby-Collin Virginie, Sassone Susana, «De l’emploi informel au travail précaire. Femmes migrantes dans les métropoles de la globalisation», in Bouffartigue P., Busso M., Supervielle M. (dir.), Informalité, précarité, regards croisés etre Europe et Amérique latine. Travail, jeunesse et migration à l’heure de la mondialisation, IHEAL, Paris, 2015, p. 189-216
  • Baby-Collin Virginie, «El servicio doméstico en trayectorias de bolivianas migrantes a España», in Durin S. , De la O M-E., Bastos S. (dir.), Trabajadoras en la sombra. Dimensiones del servicio doméstico latinoamericano, CIESAS, Mexico, 2014, p. 485-508
  • Baby-Collin Virginie, Brassamin Laurence, «Prendre place : les Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires», Revue européenne des Migrations internationales, n° 28(3), 2012, p. 127-149
  • Baby-Collin Virginie, Mercier Delphine (dir.), Sud à sud, dynamiques sociales et spatiales, Amérique latine/Méditerranée, Publications de l’Université de Provence, Aix en Provence, 2008, 314 pages

    Affiche MIGTRAV Séminaire 4 Saison I

Le détachement des travailleurs extracommunautaires en France. L’exemple des Équatoriens dans l’agriculture provençale

Mardi 10 Mars
Intervenante : Béatrice Mesini (TELEMME)
Discutant : Mustapha El Miri (LEST)

Le détachement des travailleurs

Béatrice Mesini est docteure en sciences politiques, diplômée de l’Université d’Aix-Marseille III et Chargée de Recherche de 1ère classe au CNRS, rattachée au laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (TELEMMe). Centrés sur la problématique de l’exclusion, les travaux de Béatrice Mésini portent sur trois champs principaux : les formes de l’habitat “durable” dans les territoires ruraux ; les dynamiques d’organisation des “Sans” et des mondes paysans ; les migrations/mobilités de travail dans l’agriculture. 

Sur cette dernière thématique, elle a publié divers articles dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs parmi lesquels : 

  • 2015 – “Mobilités andines dans l’agriculture méditerranéenne : le détachement transnational à l’épreuve”, in G. Azoulay et al. (dir.), Mobilités et migrations : Figures et enjeux contemporains. Pluralité des regards et des disciplines, Presses Universitaires de Sceaux, Paris pp. 171-183.
  • 2014 – «The transnational recruitment of temporary Latino workers in European agriculture», in G. Jorg et S. Sarah (dir.), Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture. The Social Costs of Eating Fresh: Earthscan Food and Agriculture, Routledge: New York. pp. 71-82.
  • 2013 – « Mobiles, flexibles et réversibles. Les travailleurs saisonniers maghrébins et latinos “détachés” dans les champs de Provence », Hommes & Migrations 1301: 67-76
  • 2010 – «Seasonal workers in Mediterranean agriculture Flexibility and insecurity in a sector under pressure», in C. Thornley et al. (dir.), Globalisation and precarious forms of production and employment : challenges for workers and union, Edward Elgar: Cheltenam UK. pp. 98-113
  • 2009 – «Contentieux prud’homal des étrangers saisonniers dans les Bouches-du-Rhône», Études rurales 182: 121-138

    Affiche du Séminaire MIGTRAV Saison I Séminaire 3

 

La dimension sexuée du salariat bridé migrant. L’exemple des ramasseuses de fraise marocaines recrutées en origen à Huelva (Espagne)

Mardi 10 février
Intervenante :  Emmanuelle Hellio (URMIS-Nice)
Discutant : Fréderic Décosse (LEST)

Importer des femmes pour exporter des fraises

Emmanuelle Hellio est docteure en sociologie, diplômée de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Dirigée par Jocelyne Streiff-Fénart, sa thèse a pour titre “Importer des femmes pour exporter des fraises ? Flexibilité du travail, canalisation des flux migratoires et échappatoires dans une monoculture intensive globalisée : le cas des saisonnières marocaines en Andalousie”.Les travaux d’Emmanuelle Hellio porte sur les chaînes globales de valeur et le système productif agricole intensif mondialisé;
les politiques migratoires et la gestion partagée des flux migratoires en Méditerranée; la question du genre en migration et au travail…

Elle a publié divers articles dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs parmi lesquels:

  • “Importer des femmes pour exporter des fraises (Huelva)”, Études Rurales 182 (2008),
  • “Futur simple et futur compliqué Les Travailleurs étrangers en transit dans la roue saisonnière espagnole’, Hommes & Migrations 1301 (2013),
  • “Saisonnières à la carte : Flexibilité du travail et canalisation des flux migratoires dans la culture des fraises andalouses”, Cahiers de l’URMIS 14 (2013),
  • “‘We don’t have women in boxes’: channelling seasonal mobility of female farmworkers between Morocco and Andalusia”, in J. Gertel & SR. Sippel, Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture. The Social Costs of Eating Fresh: Earthscan Food and Agriculture (2014).

Du travailleur agricole bridé au salarié précaire nomade. Modalités d’intégration subalterne des migrants mexicains sur le marché du travail états-unien

Mardi 13 Janvier
Intervenante : Alejandra Aquino Moreschi (CIESAS Oaxaca-Mexique)
Discutant : Frédéric Décosse (LEST)

Des luttes indiennes au rêve américain

Alejandra Aquino est enseignante-chercheuse au CIESAS Pacifico Sur et membre au Mexique du Système national des chercheurs (SNI, Niveau 1). Elle a obtenu un doctorat en sociologie à l’EHESS à Paris (2010); sa thèse, intitulée “Entre Luttes indiennes et rêve Américain. L’Expérience migratoire des indiens Mexicains aux Etats-Unis”, a remporté le prix de l’Institut des Amériques. Depuis dix ans, elle travaille sur les migrations entre le Mexique et les États-Unis et s’est plus particulièrement intéressée : au contrôle de la mobilité des migrants sans papiers ; à l’intégration de la main d’œuvre étrangère dans des marchés du travail globalisés et ethniquement segmentés (comme par exemple les services d’aide à personne, l’agriculture ou les services de nettoyage gérés par des entreprise de sous-traitance) ; aux nouvelles formes d’action collective qui voient le jour dans la migration, ainsi qu’à l’expérience de l’affirmation personnelle des migrants.

Parmi ses publications :
“Des luttes indiennes au rêve américain. Migrations de jeunes zapatistes aux Etats-Unis”, Rennes: PUR, 2014.

Pour aller plus loin voir les publications de Alejandra Aquino Moreschi

Réflexion sur l’articulation entre Migration et Travail

Migration et Travail
Mustapha El Miri, Sociologue, AMU, LEST-UMR 7317

Contrairement aux États-Unis où les sciences sociales se sont développées à travers l’étude de l’immigration et de son assimilation (Park, Burgess), en France et dans les différents pays européens ce terrain a été investi que récemment. Il y a bien eu des études et des enquêtes consacrées à ces questions dans les années 1950-1960 (Girard & Stoetzel) mais elles furent limitées. Cette différence ne tient pas seulement au fait que la question migratoire est plus centrale dans la société américaine qu’elle ne l’est en France et dans les pays européens. Elle est aussi un révélateur de l’invisibilité politique et de l’impensé scientifique des migrations qui ont prévalu jusqu’aux années 1970 dans nos pays. Le fait que les sociétés accueillant des migrants en Europe, comme la société française, ne se soient pas posé de questions sur ce sujet est en soi un indicateur sur les conceptions du fait migratoire. L’idée d’une migration de travail qui avait vocation à reprendre le chemin du « retour au pays » dominait aussi bien chez les élites politiques que dans les milieux scientifiques. Le statut d’étranger, dans sa dimension extranationale mais aussi identitaire, voire ethnique, prévalait dans l’approche socio-politique de l’immigration. Ce non-questionnement du fait migratoire trouvait sa source, d’une part, dans une conception stratifiée des frontières identitaires entre les immigrés et les locaux et, d’autre part dans la centralité des rapports de classe dans le débat socio-politique et intellectuel, avec comme figure de proue « l’ouvrier » prolétaire, renvoyant les immigrés au rôle d’armée de réserve et/ou de figure « surnuméraire » dont la situation ne pouvait être comprise qu’au regard de la figure centrale. Pourtant la présence des immigrés provenant de Belgique, d’Italie, d’Allemagne, d’Espagne, de Suisse était déjà perceptible depuis la fin du 19e siècle (Borel et Simon, 2005).  Auxquels il faut ajouter les immigrés, bien plus invisibles, des colonies françaises et de Chine qui n’étaient pas intégrés au statut des migrants intra-européens. L’idée que ces migrations n’avaient aucun impact sur les sociétés d’accueil et que leur compréhension ne devait être saisie que par les catégories de l’arrivée semblait naturelle. Ce postulat s’inscrit dans une vision normative stratifiée et ethnicisée de la société, avec d’un côté un noyau central (Gordon) et de l’autre deux types d’immigrés : les assimilables (proche de la culture française) et les incompatibles culturellement avec l’identité nationale (les migrants des anciennes colonies). Les processus historiques de colonisation et décolonisation ont fortement participé à la construction socio-politique de cette approche. Ainsi les immigrés provenant des anciennes colonies étaient saisis comme des travailleurs non qualifiés dont l’installation, sur le territoire comme dans l’identité nationale, n’était pas envisagée ni/ou envisageable. Il faut attendre les années 1970 pour voir surgir dans le débat, en tant qu’enjeu public, la question de l’immigration d’Afrique du Nord. Ancrée dans une conception de cette « migration de travail» sans vocation ni désir d’installation, l’idée de reconduire un million d’immigrants fut soulevée par le président Giscard en 1974 (S. Laurens). Mais ce projet se heurta à une réalité, demeurée souterraine jusqu’à ces années : les immigrés installés en France n’avaient pas de désir de retour au pays d’origine malgré les incitations. Pour autant, la qualification de « migration de travail » qui prévalait ne fut pas remise en cause et continua à jouer un rôle de frontière intérieure. Les enquêtes sur le fait migratoire n’ont, réellement, commencé à se développer que dans ces années, en écho aux préoccupations politiques émergentes sur ce thème. Ce contexte a évidemment facilité la porosité entre les catégories politiques du fait migratoire et leur qualification scientifique par les sciences sociales.
Le développement des recherches sur l’immigration, durant les années 1970, a privilégié l’entrée « migration de travail » pour saisir les phénomènes de mobilité des populations et principalement celles d’Afrique du Nord. Ce lien entre migration et travail a été principalement appréhendé en termes unilatéraux, comme un déplacement de la main d’œuvre des pays du Sud vers les pays du Nord. Cette conception, descendante, a posé les migrations comme une conséquence des politiques des pays industrialisés et de leur développement, faisant des migrants les subalternes de ces logiques. C’est ainsi que nombre de travaux se sont focalisés sur les conditions de vie des migrants saisis à leur arrivée. Étant donné cette perception des migrations, dominante durant les années 1960-1970, les théories concernant l’importation des travailleurs étaient caractérisées par une confusion entre les catégories des sciences sociales et les catégories politiques. En se focalisant sur l’arrivée des travailleurs, sur leur inclusion dans les usines et de manière plus large sur le marché du travail, ces théories postulent un lien consubstantiel et hiérarchisé entre les mobilités et le travail, formalisé par la notion de « migration de travail ». Posée comme un constat naturel, cette notion n’est que peu soumise à discussion et est reprise depuis les années 1970 par les études sérieuses comme par les moins étayées. Or l’approche « migration de travail » implique un programme épistémologique, non questionné, qui a orienté de nombreuses enquêtes empiriques sur les migrations en France. Il nous semble que la mise en évidence des implications épistémologiques de la notion de « migration de travail » peut nous permettre de lire les porosités entre le politique et le scientifique, mais aussi les angles morts de l’analyse migratoire en France. Il est frappant de voir que les études en sciences sociales qui se sont intéressées à cette forme de migration n’objectivent que rarement, théoriquement et empiriquement, cet objet de recherche.  Le lien établi entre migration et travail est quasiment considéré comme naturel et bon nombre de recherches se contentent de se focaliser sur les descriptions des conditions d’installation ou de travail sans expliciter les articulations entre travail et mobilité. Cette non-explicitation se base sur l’acception d’une épistémologie clandestine de l’approche migration de travail. Très souvent, la notion d’immigration renvoie, sans l’expliciter, à l’idée de travailleurs légaux importés – par des politiques publiques et des entreprises nationales – et non qualifiés, provenant des anciennes colonies françaises. Quant au terme « travail » il se réfère principalement au secteur du salariat subalterne formel dans l’industrie,  l’agriculture, le bâtiment ou les services. Il désigne le plus souvent des secteurs du marché du travail sans les relier au système productif, donnant ainsi l’illusion qu’il s’agit d’une marge. Il est étonnant que ce postulat de base, qui ne résiste pas à l’épreuve de l’empirie, n’ait pas plus suscité d’interrogation et d’investigation. Par exemple, déjà dans les années 1970, des formes plurielles de migrations des anciennes colonies existaient. Les migrants légaux et illégaux venus de leur propre initiative, les migrations féminines (Linda Guerri), les circulants, les déplacés forcés (les harkis), les soldats venus d’Afrique du Nord  et subsaharienne restés en France, les entrepreneurs immigrés, les commerçants d’Afrique du Nord (Tarrius), les Juifs maghrébins formaient une immigration. Quant au marché du travail, il était déjà soumis à l’internationalisation de l’économie précisément dans les secteurs d’emploi des immigrés. Loin de constituer une marge du secteur économique, les secteurs d’emplois de l’immigration constituaient la base d’un système productif qui pratiquait déjà une forme de délocalisation de l’intérieur.  Ainsi, cette main d’œuvre bon marché ne profitait pas seulement à l’agriculture, mais aussi à tout le secteur agroalimentaire, à l’industrie d’exportation, à la grande distribution etc. Le recrutement des immigrés ne répondait déjà plus à la logique de l’importation d’une main d’œuvre destinée à faire face au manque de candidats autochtones – idée qui n’a jamais été étayée par des preuves empiriques bien que reprise régulièrement comme un fait – mais à des objectifs de compétitivité internationale et de baisse des coûts du travail. En termes épistémologiques, c’est le prisme de l’utilitarisme migratoire qui a été privilégié dans une majorité d’études. Ce qui interroge ici, ce n’est pas l’intégration des migrations dans des stratégies d’opportunité économique des entreprises.  C’est le fait de penser l’utilitarisme  migratoire comme une dimension centrale et déterminante des mobilités. Cette approche s’inscrit dans une vision des rapports de classe du XIXème siècle entre rural et urbain, élargie ici aux relations Nord/Sud.
Si cette idée n’est pas totalement dénuée de pertinence, elle n’en est pas moins empreinte du schéma performatif découpant le réel entre un Sud périphérique, précapitaliste et pauvre, pourvoyeur de migrants ruraux dominés et un Nord central, industrialisé, stratège et moderne. Cette approche participe aussi de la catégorisation d’un imaginaire collectif racisé du moderne « Blanc » et de l’archaïque Maghrébin, qui s’inscrit dans la continuité des effets historiques  du processus colonial. Cette épistémologie clandestine a  fortement imprégné les enquêtes empiriques des migrations. Les logiques sociales des départs n’ont été saisies que par le biais de la contrainte socio-économique : « fuir la pauvreté », « partir à la recherche de meilleures conditions de vie », « partir à la recherche du travail ». Une littérature importante a décrit le départ des migrants comme le résultat de contraintes et s’est intéressée pour partie aux seules conditions d’installation de ces arrivants « déracinés » (Sayad). Les migrants sont devenus les nouveaux individus surnuméraires du XXème siècle, étudiés en tant que marge d’un système productif industrialisé. Ainsi la notion de migration de travail sous-entend en réalité un programme épistémique et empirique plein d’écueils. Non pas que le lien entre travail et migration ne se pose pas en tant que réalité sociale, mais le poser comme un rapport exclusif et hiérarchisé a une double implication : La première est que cette vision contribue à une réification sociale, à une vision ethnocentrée et racisée des migrations.  La seconde est qu’elle  masque les logiques de globalisation à l’œuvre à la fois dans les mobilités et dans les marchés du travail et leur inscription dans un continuum historique de dominations, à l’intersection de la race (Stanzani), de la classe, du genre, du statut. 

Séminaire Migrations & Travail

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search