Sauvées de la traite? Politiques humanitaires d’immobilisation et de mise au travail des femmes

Estelle Miramond est sociologue, chargée de cours à L’université Paris-Cité et membre du laboratoire du Changement Social et Politique (LCSP) et du Centre d’Enseignement, de documentation et de recherches pour les Études Féministes (CEDREF).

La discussion est assurée par Emeline Cozic (LEST-AMU).

La présentation s’appuie entre autres sur les deux articles ci-dessous :

Quitter la féminité et prendre femme. Ethnographie du devenir tom dans les dortoirs d’usines du Laos contemporain

Le confinement des femmes dans l’espace. Les apports de Colette Guillaumin à l’étude des politiques de lutte contre la traite des femmes

Journée d’étude FINCA : le travail agricole au prisme des migrations

Programmée dans le cadre du projet Frontières, Im-mobilisations et Néolibéralisme en temps de Covid dans l’Agriculture, cette journée d’études présente des enquêtes récentes sur les migrations et le marché du travail agricole en France.

Matinée

D’ouvriers à patrons : la reconfiguration des parcours migratoires des travailleurs marocains en France à l’aune de la crise agricole

Intervenante : Anne-Adelaïde Lascaux, Université de Poitiers

L’autre bout de la chaîne : ce que l’étude du patronat agricole nous dit de l’agriculture intensive provençale

Intervenante : Charline Sempéré, Sheffield University

Figures d’intermédiaires entre saisonniers subsahariens et viticulteurs champenois

Intervenant : Ibrahima Diallo, Université de Bordeaux

Intérim international et travail agricole détaché. Un cas d’étude entre la Provence et le Levant espagnol

Intervenant.es : Frédéric Décosse, LEST-CNRS ; Emmanuelle Hellio, LEST-URMIS et Béatrice Mésini, TELEMME-CNRS

Après-midi

From the Mediterranean to the World: Equality of Treatment, Temporary Workers, and the Quest for Low-Wage Labor

Intervenante : Julie Weise, IMERA-University of Oregon

Précarité multidimensionnelle et cancers d’origine professionnelles : la double peine des saisonniers maghrébins sous contrat OFII

Intervenante : Anouk Smolski, CMW – Université Lyon 2

Faire communauté ? Présence latinoaméricaine et emploi agricole dans la région de Beaucaire.

Intervenante : Amandine Poirson, Centre Norbert Elias /EHESS

Journée d’études – Ports et économies populaires au Moyen-Orient

Les enjeux en termes de commerce, de main-d’œuvre et de structuration des marchandises

Trans-Mediterranean Connections in Sinews of War and Trade.

Laleh Khalili est professeur en Politique Internationale à l’Université de Londres. Conférence en anglais.

In our networked world, the realities governing the international movement of freight are easily forgotten. But maritime transport remains the bedrock of trade. Convoys perpetually crisscross the oceans, carrying gas, oil, ore – indeed, every type of consumable and commodity. These movements, though practically invisible, mean that control of the seas is vital in an age when no nation can survive on domestic products alone. Laleh Khalili travelled the Mediterranean, the Red Sea, and the Indian Ocean aboard gigantic container ships to investigate the secretive and sometimes dangerous world of maritime trade. What she discovered was strangely disturbing: brutally exploited seafarers enduring loneliness and risking injury to keep the cogs of trade turning.

Transformations du travail journalier au Port de Beyrouth : de l’explosion du 4 aout 2020 à la concession CMA CGM.

Intervenant.es :

Michele Scala, Head of Research – The Centre for Social Sciences Research and Action (CeSSRA), Beyrouth
Nizar Hariri, Chercheur indépendant
Présentation : Thomas Langlois, doctorant à l’Université d’Aix-Marseille et associé au Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST) et membre de l’ANR – Le Grand Entrepôt.

Cette intervention porte sur la présentation des premiers résultats d’une enquête en cours portant sur les transformations du travail au Port de Beyrouth suite à l’explosion dévastatrice ayant touché ce dernier le 4 août 2020, et jusqu’à la concession de la gestion des conteneurs du port de Beyrouth à l’entreprise globale CMA CGM (CMA Terminal) advenue en février 2022.

Entrepôt, container et valise : d’une crise à l’autre, vicissitudes et adaptations du commerce ethnique à Beyrouth.

Assaf Dahdah est géographe, Chercheur CNRS, ART-Dev, membre de l’ARN – Le Grand Entrepôt.

Décrit comme un marché de niche, le commerce ethnique à Beyrouth implique pourtant des acteurs divers et nombreux, connecte des espaces à une échelle mondialisée et repose sur des stratégies d’adaptations constantes dans un contexte de crises permanentes et polymorphes (guerres, répression, inflation, dévaluation, Covid). Cette présentation s’attache à mettre en avant son évolution à travers celle des stratégies commerciales des entrepreneurs, et des stratégies de stockage et réapprovisionnement notamment en réponse à la crise économique qui affecte le Liban.

Retrouvez la playlist complète de l’ANR – Le Grand Entrepôt sur SoundCloud et plus d’information sur l’ANR, sur son propre carnet hypothèse

Femmes enceintes primo-arrivantes en France : des expériences de grossesses marquées par des inégalités multiples et intersectionnelles

Intervenante Louise Virole, Sociologue, post-doctorante au SESSTIM.

Discutant.es : Abdoul Malik Ahmad (LEST-CNRS) et Alesandra Tátic (EHESS, CNE, LEST)

Les publications sur lesquelles s’appuie sa présentation peuvent être consultées sur ce lien : http://www.louisevirole.com/publications/

Une gestion racialisée et genrée de la main-d’œuvre agricole saisonnière et permanente

Loïc Mazenc est sociologue, postdoctorant à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE), Unité mixte de recherche AGroécologie-Innovations-teRritoires (UMR AGIR).

Loïc présentera une communication tirée de sa recherche doctorale consacrée aux chefs de culture, une communication intitulée “Une gestion racialisée et genrée de la main-d’œuvre agricole saisonnière et permanente“. La discussion sera assurée par Anouk Smolski (sociologue, doctorante à l’Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber) & Ibrahima Diallo (sociologue, postdoctorant à l’Université de Bordeaux, Centre Émile Durkheim).

Résumé: Partant du constat de l’émergence en France de grandes entreprises agricoles et de la transmission au sein de celles-ci du pouvoir du chef d’exploitation à la figure du chef de culture, cette communication, adossée à cinq immersions en tant que salarié agricole, analyse et décortique l’organisation du travail de production par les chefs de culture au sein des firmes agricole. Dans les détails, nous reviendrons sur les critères sociaux dans l’organisation et la division du travail de production, puisqu’ils nous permettent d’avoir un aperçu des tenants et des aboutissants du travail concret de gestion des chefs de culture. Nous montrerons notamment que, par l’intermédiaire du groupe professionnel des chefs de culture, les entreprises agricoles intégrées poursuivent leur accumulation capitaliste par la reproduction d’une organisation racialisée et genrée du travail agricole.

Pour préparer au mieux cette séance, nous vous suggérons de lire au préalable ces deux articles de Loïc:

– « Résister dans une exploitation. Les effets du « management » sur le travail dans une firme agricole française », Études rurales, 2020/1 (n° 205), p. 206-227 : https://filez.univ-amu.fr/2dd0plcr9g

– « Enquêter des salariés saisonniers étrangers : les apports et limites de l’immersion en entreprise agricole », Revue de l’organisation responsable, 2022/1 (Vol. 17), p. 68-76 : https://filez.univ-amu.fr/bpopm4cpj

Analyse intersectionnelle de la migration et du travail des femmes : le cas des employées domestiques haïtiennes

Rose-Myrlie Joseph présente une communication tirée de sa recherche doctorale, intitulée “Analyse intersectionnelle de la migration et du travail des femmes. Le cas des employées domestiques haïtiennes“. Celle-ci sera discutée par Mustapa El Miri (LEST-AMU) et Ryzlène Dahhan (Urmis, Institut Convergence Migrations)

Migrant.es noir.es au Maroc. Entre assignation socio-raciale au sale boulot et tactiques de mise au repos du corps

Annélie Delescluse est docteure en sociologie et attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Institut d’étude du développement de la Sorbonne (IEDES-Université Paris 1) et à l’Institut d’étude de démographie de la Sorbonne (IDUP). Elle présente une communication tirée de sa thèse en socio-anthropologie dont une partie porte sur le travail au prisme des corps ethnicisés de migrant.e.s noir.e.s pour qui le Maroc est un pays de séjour à moyen ou à long terme.

Les relations de travail entre minorisé·es au prisme du genre et de l’ethnicité : le cas des marchés périphériques de Nice

Ryzlène Dahhan, sociologue rattachée à l’Urmis de Nice et à l’Institut Convergences Migrations présente ici une communication tirée de sa thèse.

Discutantes : Pauline Picot (ICM-Urmis) et Alesandra Tatic (LEST-CNE-EHESS)

La présentation s’appuie sur les articles suivants :

– Ryzlène Dahhan (2016) « Relations interethniques dans un espace urbain  ségrégué. Une étude de cas de l’insertion des Roms dans un marché de la  périphérie de Nice », Revue Européenne des Migrations Internationales,  vol. 32 – n° 1, pp. 123-145. Accessible ici: https://filez.univ-amu.fr/lxeke8q42g

– Ryzlène Dahhan, Pauline Picot, Damien Trawalé, Aude Rabaud, Claire Cossée, (2020), « Sur les traces de Colette Guillaumin. Analyser des  terrains contemporains à partir du couple notionnel « majoritaires/minoritaires », Cahiers du genre, 1 (n°68), pp. 145-174. Accessible ici: https://filez.univ-amu.fr/jlad5fsb23

La Covid-19 révèle la dépendance de l’agriculture à la main-d’oeuvre étrangère.

https://www.franceculture.fr/economie/la-covid-19-revele-la-dependance-de-lagriculture-a-la-main-doeuvre-etrangere

31/03/2020 Par Anne-Laure Chouin

L’agriculture a toujours eu recours aux migrations saisonnières pour ses besoins en main-d’œuvre, mais la spécialisation des productions a accentué ce phénomène. De française, cette main-d’œuvre est passée à majoritairement étrangère : une situation révélée par la crise du coronavirus.

Ramassage des fraises en Alsace, en 2010.
Ramassage des fraises en Alsace, en 2010.• Crédits : Jean-Paul Domb – Maxppp

La crise de la Covid-19 sera t-elle l’occasion de repenser nos systèmes agricoles français? Elle est en tout cas venue souligner le besoin en main d’œuvre étrangère de l’agriculture française. Agriculture dont près de 80% de la main d’oeuvre salariée est d’origine étrangère (Chiffres 2016, source Office Français de l’Immigration). Avec la fermeture des frontières, le ministre de l’Agriculture a dû lancer un appel à toute la main d’œuvre disponible pour aider notamment aux semis et à la récolte des légumes et fruits de printemps. L’occasion de revenir sur la question cette main d’œuvre agricole, de plus en plus saisonnière, étrangère et spécialisée.

La “californisation” de l’agriculture française

La récolte des fruits et légumes en Provence a imité le modèle de l’agriculture californienne : c’est ce qu’analysait en 2002 Jean-Pierre Berlan, chercheur à l’Inra, dans un entretien donné à l’AFP. Dans cet État américain en effet, les régions sont spécialisées, l’une dans les cerises, l’autre dans les prunes, etc. Chacune de ces régions exige donc des grandes quantités de main d’œuvre pour des périodes de temps brèves, au moment de la récolte. “Le milieu local ne peut fournir les bras, explique Jean-Pierre Berlan, il faut recourir donc à une main-d’œuvre migratoire aujourd’hui mexicaine après avoir été chinoise, japonaise, philippine, américaine au cours des années 1930 (confère les paysans de l’Arkansas de l’Oklahoma et du Texas chassés de leur terres et  venus vendanger les “raisins de la colère” en Californie pendant la Grande Dépression). En Provence, toujours selon lui, _on a eu une évolution du même type_. La production de primeurs s’est faite grâce à une immigration interne (Alpes, Massif Central), puis italienne, espagnole, portugaise et, depuis une vingtaine d’années, essentiellement marocaine.”

Et c’est à mesure que l’agriculture française spécialisée s’est intensifiée que les besoins en main-d’œuvre se sont renforcés, c’est ce qu’analyse de son côté Frédéric Décosse, chercheur spécialiste des migrations de travail au CNRS. “Les saisonniers étrangers, dit-il, sont présents dans les secteurs les plus intensifs : dès lors qu’une zone agricole se spécialise et s’industrialise, en bref intensifie sa production, des canaux efficaces de recrutement de main-d’oeuvre allogène se mettent en place : seule force de travail susceptible d’accepter les conditions de rémunération et de travail proposées.

De fait, les exploitations françaises se sont agrandies à mesure qu’elles se spécialisaient et ont dû embaucher de plus en plus de saisonniers, ce qui a permis d’augmenter encore leur taille. On estime que sur la période 2018- 2019, l’agriculture a embauché 270 000 saisonniers, soit un tiers de l’emploi salarié du secteur. Il s’agit là d’un chiffre certainement sous-évalué, car lié aux contrats déclarés. En effet, pour Jean-Pierre Berlan, le recours à la main-d’œuvre immigrée a également incité les agriculteurs à l’employer de façon illégale, c’est-à-dire clandestine, et souvent avec des abus, pour affronter les aléas type mûrissement précoce ou tardif. Ce phénomène s’est particulièrement développé dans le sud de l’Espagne, avant de venir s’implanter dans le sud de la France, où la main-d’œuvre étrangère est majoritairement marocaine. Mais on trouve plusieurs nationalités d’immigration saisonnière réparties dans toute la France. Dans certaines régions, aucune production ne serait possible sans leur contribution : horticulture dans les Bouches-du-Rhône, asperges du Gard et des Landes, fraises en Dordogne ou Lot-et-Garonne, etc. 

Un processus de “délocalisation sur place”

Récolte des mirabelles près de Nancy, septembre 2019
Récolte des mirabelles près de Nancy, septembre 2019• Crédits : Cedric JACQUOT – Maxppp

Les syndicats agricoles français, qui dénoncent quotidiennement la faiblesse de leur rémunération, font valoir aux politiques que l’agriculture est pourtant un marché non délocalisable et pourvoyeur d’emplois. Paradoxalement, les exploitants opèrent une forme de “délocalisation sur place” en faisant appel régulièrement à de la main-d’œuvre immigrée, notamment dans les métiers de l’arboriculture intensive (ramassage de fruits) et du maraîchage sous serre, qui font partie des secteurs les plus en tension. Les saisonniers qui y travaillent font partie, selon l’Organisation internationale du Travail, des “plus pauvres d’entre les pauvres”. La France ne fait pas exception, même si les salaires qu’elle offre sont plus intéressants que ce que peuvent espérer les saisonniers dans leur pays d’origine. 

Une main-d’œuvre prête à travailler pour moins cher que des travailleurs locaux, qui devient alors la variable d’ajustement des agriculteurs, ces derniers ne contrôlant plus le prix de vente de leur production, ni celui de leurs intrants (produits phytosanitaires, énergie, eau, etc.). Toujours selon Frédéric Décosse, “les conditions de rémunération, mais aussi de travail, de santé et de sécurité opèrent de fait une segmentation du marché du travail, créant un sous-marché sur lequel les normes salariales et sanitaires tendent à toujours plus s’abaisser vers celles des pays d’origine des salariés, selon un processus de ‘délocalisation sur place’.

Particulièrement parlant, l’exemple de l’agriculture intensive dans le sud de la France, dépendante d’une main-d’œuvre dont le droit de séjour est limité. Faute de contrôles et de moyens, ces ouvriers agricoles saisonniers travaillent sans que la réglementation liée à leur tâche soit toujours appliquée. Les atteintes à leur sécurité et à leurs droits sont de ce fait invisibilisées, comme le documente précisément le chercheur dans “Saisonniers en servage”, la revue du GISTI, en octobre 2008. En outre, ces saisonniers étrangers n’ont pas le droit à certaines prestations sociales liés à la résidence en France : l’assurance-chômage notamment, ou les prestations familiales.

Invisibles également la plupart du temps, les mouvements de contestation de leurs conditions de travail, parfois relayés par les syndicats ou certains partis de gauche, comme cette révolte de 18 ouvriers agricoles marocains à Istres en 2013.

Géographie de la main-d’œuvre agricole étrangère 

Vendanges en Anjou, octobre 2017
Vendanges en Anjou, octobre 2017• Crédits : Christian Watier – Maxppp

On les appelle, dans le jargon, les “saisonniers OMI”, ou les “Contrats OMI”, pour Office des Migrations Internationales. C’est l’organisme qui permet leur venue de travail sur le territoire français, pour des CDD de 4 à 6 mois maximum. Ces “contrats OMI” représentent une grosse partie de l’immigration de travail en France, ils travaillent à 90% dans l’agriculture, et à près de 80% dans les exploitations de fruits et légumes. 

Essentiellement marocains, polonais et tunisiens, et de plus en plus roumains, ce sont les antennes de l’OFII (Office Français de l’Intégration et de l’Immigration ) dans ces pays qui organisent leur recrutement et leur acheminement. Pour les faire venir, l’employeur doit démontrer que le marché du travail local n’a pas suffisamment de main-d’œuvre disponible.

Les principaux départements utilisateurs de cette main-d’œuvre sont sans conteste les Bouches-du-Rhône, suivi du Lot-et-Garonne, du Vaucluse et de l’Hérault. La viticulture pèse lourd également dans le recours à cette main-d’œuvre temporaire : à elle seule, elle embauche 36 % des saisonniers agricoles. La Gironde (pour le vin de Bordeaux) et la Marne (pour le Champagne) sont les deux territoires qui mobilisent le plus de saisonniers pour les vendanges.

Selon la Dares, “les régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur concentrent à elles seules plus de 50 % du volume de travail saisonnier annuel de la filière agricole”. La Normandie, l’Ile-de-France et la Corse figurent parmi les moins gourmandes.

En attendant, la fermeture des frontières intra-européennes suite à la pandémie de Covid-19 n’a pas permis aux saisonniers étrangers de venir travailler sur le sol français cette année, d’où une pénurie de main-d’œuvre qui menace les exploitations. La présidente de la FNSEA Christiane Lambert chiffrait il y a peu à 200 000 personnes les besoins d’ici l’été. Et visiblement les candidats ont répondu à l’appel. 

Des liens pour aller plus loin :

L’édition 2020 du Déméter, avec un article sur la discrète, mais indispensable main d’oeuvre agricole migrante : https://www.cairn.info/le-demeter–0011662116-page-229.htm

Article de Frédéric Décosse dans la revue du GISTI.

Un utilitarisme humanitaire? Politiques d’asile et travail migrant dans l’Italie contemporaine

Simone Di Cecco présente ici une communication intitulée “Un utilitarisme humanitaire? Politiques d’asile et travail migrant dans l’Italie contemporaine”.

Discutants : Thierry Berthet (CNRS-LEST) et Domenico Perrotta (Univ. de Bergamo).

Sa présentation s’appuie sur son travail de thèse et l’article “En Italie, le sale boulot de l’intégration”, publié dans Plein Droit.

https://www.cairn.info/revue-plein-droit-2020-3-page-32.htm

Femmes migrantes entre la Chine et Taïwan : mobilités, économies digitales et émotions

Béatrice Zani présente ici une communication intitulée “Femmes Migrantes entre la Chine et Taïwan : mobilités, économies digitales et émotions“.

Elle est discutée par Rim Affaya (CNE-EHESS) et Abdoul Malik Ahmad (LEST). 

Sa conférence est issue de son ouvrage : Zani, B. 2021, Women Migrants in Southern China and Taiwan. Mobilities, Digital Economies and Emotions. Oxton and New York: Routledge.

Les restaurants halal de Yiwu, ancrages de la mondialisation

Intervenant : Olivier Pliez, Directeur de Recherche au CNRS, géographe, ART-Dev – UMR 5281, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Discussion : Delphine Mercier et Michel Peraldi, sociologues, LEST-UMR 7317.

La présentation et la discussion abordent la question des acteurs économiques migrants en Chine, en Europe, au Maghreb…

Pour aller plus loin vous pouvez consulter la bibliographie suivante :

–       Armelle Choplin & Olivier Pliez, « Des mondialisations plus discrètes. Vers une nouvelle géographie des échanges mondiaux », La Vie des idées , 4 octobre 2016. ISSN: 2105-3030. URL: https://laviedesidees.fr/Des-mondialisations-plus-discretes.html

–       Armelle Choplin & Olivier Pliez, « Inconspicuous Globalisations. Towards a new geography of global trade », Books and Ideas , 14 November 2016. ISSN : 2105-3030. URL : https://booksandideas.net/Inconspicuous-Globalisations.html

Affiche

Séminaire Migrations & Travail

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search