La dimension sexuée du salariat bridé migrant. L’exemple des ramasseuses de fraise marocaines recrutées en origen à Huelva (Espagne)

Mardi 10 février
Intervenante :  Emmanuelle Hellio (URMIS-Nice)
Discutant : Fréderic Décosse (LEST)

Importer des femmes pour exporter des fraises

Emmanuelle Hellio est docteure en sociologie, diplômée de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Dirigée par Jocelyne Streiff-Fénart, sa thèse a pour titre “Importer des femmes pour exporter des fraises ? Flexibilité du travail, canalisation des flux migratoires et échappatoires dans une monoculture intensive globalisée : le cas des saisonnières marocaines en Andalousie”.Les travaux d’Emmanuelle Hellio porte sur les chaînes globales de valeur et le système productif agricole intensif mondialisé;
les politiques migratoires et la gestion partagée des flux migratoires en Méditerranée; la question du genre en migration et au travail…

Elle a publié divers articles dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs parmi lesquels:

  • “Importer des femmes pour exporter des fraises (Huelva)”, Études Rurales 182 (2008),
  • “Futur simple et futur compliqué Les Travailleurs étrangers en transit dans la roue saisonnière espagnole’, Hommes & Migrations 1301 (2013),
  • “Saisonnières à la carte : Flexibilité du travail et canalisation des flux migratoires dans la culture des fraises andalouses”, Cahiers de l’URMIS 14 (2013),
  • “‘We don’t have women in boxes’: channelling seasonal mobility of female farmworkers between Morocco and Andalusia”, in J. Gertel & SR. Sippel, Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture. The Social Costs of Eating Fresh: Earthscan Food and Agriculture (2014).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.