Les prostituées et leurs passeurs à l’épreuve des frontières

Mardi 15 Janvier

Intervenante : Prune de Montvalon (Sociologue, URMIS)

Discutante : Emmanuelle Hellio (Sociologue, LEST)

 

Prune de Montvalon est sociologue, membre de l’URMIS.

Fondée sur une enquête ethnographique au sein de deux associations et auprès de prostituées étrangères, sa thèse analyse la façon dont les prostituées étrangères franchissent des frontières géographiques, administratives et sociales. Ces passages sont saisis à travers les négociations qui interviennent entre elles et ceux qui leur permettent de passer vers un statut jugé stable et légitime en France. Afin de comparer les moments de passage, sont ici considéré-e-s comme « passeur-e-s » non seulement celles et ceux qui facilitent le trajet vers la France, mais aussi celles et ceux qui aident ces prostituées à accéder au statut de victime. Le détournement du mot « passeur » permet d’interroger d’une part le cadre normatif dans lequel les migrations de ces femmes sont appréhendées, notamment la partition entre légal et illégal, et de l’autre la nature des frontières qui leur faut traverser. Si les contours des passages géographiques sont clairement définis sur une carte, ceux qu’impliquent les passages administratifs et sociaux le sont beaucoup moins. Étudier le couple passeur-e/passant-e permet ainsi d’appréhender l’épaisseur de cette frontière. Le constat fait dans cette thèse est que cette épaisseur se mesure non seulement à l’ampleur des efforts déployés pour filtrer les entrées aux frontières externes et internes, mais aussi à la possibilité qu’ont les étranger-ère-s de négocier les conditions de ces passages.

Sa présentation s’appuie sur les textes suivants :

  • « Sous condition « d’émancipation active » : le droit d’asile des prostituées nigérianes victimes de traite des êtres humains », Droit et société, 2018/2 (N° 99), p. 375-392. URL : https://www.cairn.info/revue-droit-et-societe-2018-2-page-375.htm
  • « Trans, migrantes et prostituées à Nice : dominations imbriquées et espaces de négociation”, Les Cahiers de l’Urmis, 14, 2013
  • « Les rapports de classe et de race : les angles morts du traitement politique et institutionnel de la prostitution en France », Hommes et migrations, 1311, 2015

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.