Réflexion sur l’articulation entre Migration et Travail

Migration et Travail
Mustapha El Miri, Sociologue, AMU, LEST-UMR 7317

Contrairement aux États-Unis où les sciences sociales se sont développées à travers l’étude de l’immigration et de son assimilation (Park, Burgess), en France et dans les différents pays européens ce terrain a été investi que récemment. Il y a bien eu des études et des enquêtes consacrées à ces questions dans les années 1950-1960 (Girard & Stoetzel) mais elles furent limitées. Cette différence ne tient pas seulement au fait que la question migratoire est plus centrale dans la société américaine qu’elle ne l’est en France et dans les pays européens. Elle est aussi un révélateur de l’invisibilité politique et de l’impensé scientifique des migrations qui ont prévalu jusqu’aux années 1970 dans nos pays. Le fait que les sociétés accueillant des migrants en Europe, comme la société française, ne se soient pas posé de questions sur ce sujet est en soi un indicateur sur les conceptions du fait migratoire. L’idée d’une migration de travail qui avait vocation à reprendre le chemin du « retour au pays » dominait aussi bien chez les élites politiques que dans les milieux scientifiques. Le statut d’étranger, dans sa dimension extranationale mais aussi identitaire, voire ethnique, prévalait dans l’approche socio-politique de l’immigration. Ce non-questionnement du fait migratoire trouvait sa source, d’une part, dans une conception stratifiée des frontières identitaires entre les immigrés et les locaux et, d’autre part dans la centralité des rapports de classe dans le débat socio-politique et intellectuel, avec comme figure de proue « l’ouvrier » prolétaire, renvoyant les immigrés au rôle d’armée de réserve et/ou de figure « surnuméraire » dont la situation ne pouvait être comprise qu’au regard de la figure centrale. Pourtant la présence des immigrés provenant de Belgique, d’Italie, d’Allemagne, d’Espagne, de Suisse était déjà perceptible depuis la fin du 19e siècle (Borel et Simon, 2005).  Auxquels il faut ajouter les immigrés, bien plus invisibles, des colonies françaises et de Chine qui n’étaient pas intégrés au statut des migrants intra-européens. L’idée que ces migrations n’avaient aucun impact sur les sociétés d’accueil et que leur compréhension ne devait être saisie que par les catégories de l’arrivée semblait naturelle. Ce postulat s’inscrit dans une vision normative stratifiée et ethnicisée de la société, avec d’un côté un noyau central (Gordon) et de l’autre deux types d’immigrés : les assimilables (proche de la culture française) et les incompatibles culturellement avec l’identité nationale (les migrants des anciennes colonies). Les processus historiques de colonisation et décolonisation ont fortement participé à la construction socio-politique de cette approche. Ainsi les immigrés provenant des anciennes colonies étaient saisis comme des travailleurs non qualifiés dont l’installation, sur le territoire comme dans l’identité nationale, n’était pas envisagée ni/ou envisageable. Il faut attendre les années 1970 pour voir surgir dans le débat, en tant qu’enjeu public, la question de l’immigration d’Afrique du Nord. Ancrée dans une conception de cette « migration de travail» sans vocation ni désir d’installation, l’idée de reconduire un million d’immigrants fut soulevée par le président Giscard en 1974 (S. Laurens). Mais ce projet se heurta à une réalité, demeurée souterraine jusqu’à ces années : les immigrés installés en France n’avaient pas de désir de retour au pays d’origine malgré les incitations. Pour autant, la qualification de « migration de travail » qui prévalait ne fut pas remise en cause et continua à jouer un rôle de frontière intérieure. Les enquêtes sur le fait migratoire n’ont, réellement, commencé à se développer que dans ces années, en écho aux préoccupations politiques émergentes sur ce thème. Ce contexte a évidemment facilité la porosité entre les catégories politiques du fait migratoire et leur qualification scientifique par les sciences sociales.
Le développement des recherches sur l’immigration, durant les années 1970, a privilégié l’entrée « migration de travail » pour saisir les phénomènes de mobilité des populations et principalement celles d’Afrique du Nord. Ce lien entre migration et travail a été principalement appréhendé en termes unilatéraux, comme un déplacement de la main d’œuvre des pays du Sud vers les pays du Nord. Cette conception, descendante, a posé les migrations comme une conséquence des politiques des pays industrialisés et de leur développement, faisant des migrants les subalternes de ces logiques. C’est ainsi que nombre de travaux se sont focalisés sur les conditions de vie des migrants saisis à leur arrivée. Étant donné cette perception des migrations, dominante durant les années 1960-1970, les théories concernant l’importation des travailleurs étaient caractérisées par une confusion entre les catégories des sciences sociales et les catégories politiques. En se focalisant sur l’arrivée des travailleurs, sur leur inclusion dans les usines et de manière plus large sur le marché du travail, ces théories postulent un lien consubstantiel et hiérarchisé entre les mobilités et le travail, formalisé par la notion de « migration de travail ». Posée comme un constat naturel, cette notion n’est que peu soumise à discussion et est reprise depuis les années 1970 par les études sérieuses comme par les moins étayées. Or l’approche « migration de travail » implique un programme épistémologique, non questionné, qui a orienté de nombreuses enquêtes empiriques sur les migrations en France. Il nous semble que la mise en évidence des implications épistémologiques de la notion de « migration de travail » peut nous permettre de lire les porosités entre le politique et le scientifique, mais aussi les angles morts de l’analyse migratoire en France. Il est frappant de voir que les études en sciences sociales qui se sont intéressées à cette forme de migration n’objectivent que rarement, théoriquement et empiriquement, cet objet de recherche.  Le lien établi entre migration et travail est quasiment considéré comme naturel et bon nombre de recherches se contentent de se focaliser sur les descriptions des conditions d’installation ou de travail sans expliciter les articulations entre travail et mobilité. Cette non-explicitation se base sur l’acception d’une épistémologie clandestine de l’approche migration de travail. Très souvent, la notion d’immigration renvoie, sans l’expliciter, à l’idée de travailleurs légaux importés – par des politiques publiques et des entreprises nationales – et non qualifiés, provenant des anciennes colonies françaises. Quant au terme « travail » il se réfère principalement au secteur du salariat subalterne formel dans l’industrie,  l’agriculture, le bâtiment ou les services. Il désigne le plus souvent des secteurs du marché du travail sans les relier au système productif, donnant ainsi l’illusion qu’il s’agit d’une marge. Il est étonnant que ce postulat de base, qui ne résiste pas à l’épreuve de l’empirie, n’ait pas plus suscité d’interrogation et d’investigation. Par exemple, déjà dans les années 1970, des formes plurielles de migrations des anciennes colonies existaient. Les migrants légaux et illégaux venus de leur propre initiative, les migrations féminines (Linda Guerri), les circulants, les déplacés forcés (les harkis), les soldats venus d’Afrique du Nord  et subsaharienne restés en France, les entrepreneurs immigrés, les commerçants d’Afrique du Nord (Tarrius), les Juifs maghrébins formaient une immigration. Quant au marché du travail, il était déjà soumis à l’internationalisation de l’économie précisément dans les secteurs d’emploi des immigrés. Loin de constituer une marge du secteur économique, les secteurs d’emplois de l’immigration constituaient la base d’un système productif qui pratiquait déjà une forme de délocalisation de l’intérieur.  Ainsi, cette main d’œuvre bon marché ne profitait pas seulement à l’agriculture, mais aussi à tout le secteur agroalimentaire, à l’industrie d’exportation, à la grande distribution etc. Le recrutement des immigrés ne répondait déjà plus à la logique de l’importation d’une main d’œuvre destinée à faire face au manque de candidats autochtones – idée qui n’a jamais été étayée par des preuves empiriques bien que reprise régulièrement comme un fait – mais à des objectifs de compétitivité internationale et de baisse des coûts du travail. En termes épistémologiques, c’est le prisme de l’utilitarisme migratoire qui a été privilégié dans une majorité d’études. Ce qui interroge ici, ce n’est pas l’intégration des migrations dans des stratégies d’opportunité économique des entreprises.  C’est le fait de penser l’utilitarisme  migratoire comme une dimension centrale et déterminante des mobilités. Cette approche s’inscrit dans une vision des rapports de classe du XIXème siècle entre rural et urbain, élargie ici aux relations Nord/Sud.
Si cette idée n’est pas totalement dénuée de pertinence, elle n’en est pas moins empreinte du schéma performatif découpant le réel entre un Sud périphérique, précapitaliste et pauvre, pourvoyeur de migrants ruraux dominés et un Nord central, industrialisé, stratège et moderne. Cette approche participe aussi de la catégorisation d’un imaginaire collectif racisé du moderne « Blanc » et de l’archaïque Maghrébin, qui s’inscrit dans la continuité des effets historiques  du processus colonial. Cette épistémologie clandestine a  fortement imprégné les enquêtes empiriques des migrations. Les logiques sociales des départs n’ont été saisies que par le biais de la contrainte socio-économique : « fuir la pauvreté », « partir à la recherche de meilleures conditions de vie », « partir à la recherche du travail ». Une littérature importante a décrit le départ des migrants comme le résultat de contraintes et s’est intéressée pour partie aux seules conditions d’installation de ces arrivants « déracinés » (Sayad). Les migrants sont devenus les nouveaux individus surnuméraires du XXème siècle, étudiés en tant que marge d’un système productif industrialisé. Ainsi la notion de migration de travail sous-entend en réalité un programme épistémique et empirique plein d’écueils. Non pas que le lien entre travail et migration ne se pose pas en tant que réalité sociale, mais le poser comme un rapport exclusif et hiérarchisé a une double implication : La première est que cette vision contribue à une réification sociale, à une vision ethnocentrée et racisée des migrations.  La seconde est qu’elle  masque les logiques de globalisation à l’œuvre à la fois dans les mobilités et dans les marchés du travail et leur inscription dans un continuum historique de dominations, à l’intersection de la race (Stanzani), de la classe, du genre, du statut. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.