Tous les articles par Delphine

La Covid-19 révèle la dépendance de l’agriculture à la main-d’oeuvre étrangère.

https://www.franceculture.fr/economie/la-covid-19-revele-la-dependance-de-lagriculture-a-la-main-doeuvre-etrangere

31/03/2020 Par Anne-Laure Chouin

L’agriculture a toujours eu recours aux migrations saisonnières pour ses besoins en main-d’œuvre, mais la spécialisation des productions a accentué ce phénomène. De française, cette main-d’œuvre est passée à majoritairement étrangère : une situation révélée par la crise du coronavirus.

Ramassage des fraises en Alsace, en 2010.
Ramassage des fraises en Alsace, en 2010.• Crédits : Jean-Paul Domb – Maxppp

La crise de la Covid-19 sera t-elle l’occasion de repenser nos systèmes agricoles français? Elle est en tout cas venue souligner le besoin en main d’œuvre étrangère de l’agriculture française. Agriculture dont près de 80% de la main d’oeuvre salariée est d’origine étrangère (Chiffres 2016, source Office Français de l’Immigration). Avec la fermeture des frontières, le ministre de l’Agriculture a dû lancer un appel à toute la main d’œuvre disponible pour aider notamment aux semis et à la récolte des légumes et fruits de printemps. L’occasion de revenir sur la question cette main d’œuvre agricole, de plus en plus saisonnière, étrangère et spécialisée.

La “californisation” de l’agriculture française

La récolte des fruits et légumes en Provence a imité le modèle de l’agriculture californienne : c’est ce qu’analysait en 2002 Jean-Pierre Berlan, chercheur à l’Inra, dans un entretien donné à l’AFP. Dans cet État américain en effet, les régions sont spécialisées, l’une dans les cerises, l’autre dans les prunes, etc. Chacune de ces régions exige donc des grandes quantités de main d’œuvre pour des périodes de temps brèves, au moment de la récolte. “Le milieu local ne peut fournir les bras, explique Jean-Pierre Berlan, il faut recourir donc à une main-d’œuvre migratoire aujourd’hui mexicaine après avoir été chinoise, japonaise, philippine, américaine au cours des années 1930 (confère les paysans de l’Arkansas de l’Oklahoma et du Texas chassés de leur terres et  venus vendanger les “raisins de la colère” en Californie pendant la Grande Dépression). En Provence, toujours selon lui, _on a eu une évolution du même type_. La production de primeurs s’est faite grâce à une immigration interne (Alpes, Massif Central), puis italienne, espagnole, portugaise et, depuis une vingtaine d’années, essentiellement marocaine.”

Et c’est à mesure que l’agriculture française spécialisée s’est intensifiée que les besoins en main-d’œuvre se sont renforcés, c’est ce qu’analyse de son côté Frédéric Décosse, chercheur spécialiste des migrations de travail au CNRS. “Les saisonniers étrangers, dit-il, sont présents dans les secteurs les plus intensifs : dès lors qu’une zone agricole se spécialise et s’industrialise, en bref intensifie sa production, des canaux efficaces de recrutement de main-d’oeuvre allogène se mettent en place : seule force de travail susceptible d’accepter les conditions de rémunération et de travail proposées.

De fait, les exploitations françaises se sont agrandies à mesure qu’elles se spécialisaient et ont dû embaucher de plus en plus de saisonniers, ce qui a permis d’augmenter encore leur taille. On estime que sur la période 2018- 2019, l’agriculture a embauché 270 000 saisonniers, soit un tiers de l’emploi salarié du secteur. Il s’agit là d’un chiffre certainement sous-évalué, car lié aux contrats déclarés. En effet, pour Jean-Pierre Berlan, le recours à la main-d’œuvre immigrée a également incité les agriculteurs à l’employer de façon illégale, c’est-à-dire clandestine, et souvent avec des abus, pour affronter les aléas type mûrissement précoce ou tardif. Ce phénomène s’est particulièrement développé dans le sud de l’Espagne, avant de venir s’implanter dans le sud de la France, où la main-d’œuvre étrangère est majoritairement marocaine. Mais on trouve plusieurs nationalités d’immigration saisonnière réparties dans toute la France. Dans certaines régions, aucune production ne serait possible sans leur contribution : horticulture dans les Bouches-du-Rhône, asperges du Gard et des Landes, fraises en Dordogne ou Lot-et-Garonne, etc. 

Un processus de “délocalisation sur place”

Récolte des mirabelles près de Nancy, septembre 2019
Récolte des mirabelles près de Nancy, septembre 2019• Crédits : Cedric JACQUOT – Maxppp

Les syndicats agricoles français, qui dénoncent quotidiennement la faiblesse de leur rémunération, font valoir aux politiques que l’agriculture est pourtant un marché non délocalisable et pourvoyeur d’emplois. Paradoxalement, les exploitants opèrent une forme de “délocalisation sur place” en faisant appel régulièrement à de la main-d’œuvre immigrée, notamment dans les métiers de l’arboriculture intensive (ramassage de fruits) et du maraîchage sous serre, qui font partie des secteurs les plus en tension. Les saisonniers qui y travaillent font partie, selon l’Organisation internationale du Travail, des “plus pauvres d’entre les pauvres”. La France ne fait pas exception, même si les salaires qu’elle offre sont plus intéressants que ce que peuvent espérer les saisonniers dans leur pays d’origine. 

Une main-d’œuvre prête à travailler pour moins cher que des travailleurs locaux, qui devient alors la variable d’ajustement des agriculteurs, ces derniers ne contrôlant plus le prix de vente de leur production, ni celui de leurs intrants (produits phytosanitaires, énergie, eau, etc.). Toujours selon Frédéric Décosse, “les conditions de rémunération, mais aussi de travail, de santé et de sécurité opèrent de fait une segmentation du marché du travail, créant un sous-marché sur lequel les normes salariales et sanitaires tendent à toujours plus s’abaisser vers celles des pays d’origine des salariés, selon un processus de ‘délocalisation sur place’.

Particulièrement parlant, l’exemple de l’agriculture intensive dans le sud de la France, dépendante d’une main-d’œuvre dont le droit de séjour est limité. Faute de contrôles et de moyens, ces ouvriers agricoles saisonniers travaillent sans que la réglementation liée à leur tâche soit toujours appliquée. Les atteintes à leur sécurité et à leurs droits sont de ce fait invisibilisées, comme le documente précisément le chercheur dans “Saisonniers en servage”, la revue du GISTI, en octobre 2008. En outre, ces saisonniers étrangers n’ont pas le droit à certaines prestations sociales liés à la résidence en France : l’assurance-chômage notamment, ou les prestations familiales.

Invisibles également la plupart du temps, les mouvements de contestation de leurs conditions de travail, parfois relayés par les syndicats ou certains partis de gauche, comme cette révolte de 18 ouvriers agricoles marocains à Istres en 2013.

Géographie de la main-d’œuvre agricole étrangère 

Vendanges en Anjou, octobre 2017
Vendanges en Anjou, octobre 2017• Crédits : Christian Watier – Maxppp

On les appelle, dans le jargon, les “saisonniers OMI”, ou les “Contrats OMI”, pour Office des Migrations Internationales. C’est l’organisme qui permet leur venue de travail sur le territoire français, pour des CDD de 4 à 6 mois maximum. Ces “contrats OMI” représentent une grosse partie de l’immigration de travail en France, ils travaillent à 90% dans l’agriculture, et à près de 80% dans les exploitations de fruits et légumes. 

Essentiellement marocains, polonais et tunisiens, et de plus en plus roumains, ce sont les antennes de l’OFII (Office Français de l’Intégration et de l’Immigration ) dans ces pays qui organisent leur recrutement et leur acheminement. Pour les faire venir, l’employeur doit démontrer que le marché du travail local n’a pas suffisamment de main-d’œuvre disponible.

Les principaux départements utilisateurs de cette main-d’œuvre sont sans conteste les Bouches-du-Rhône, suivi du Lot-et-Garonne, du Vaucluse et de l’Hérault. La viticulture pèse lourd également dans le recours à cette main-d’œuvre temporaire : à elle seule, elle embauche 36 % des saisonniers agricoles. La Gironde (pour le vin de Bordeaux) et la Marne (pour le Champagne) sont les deux territoires qui mobilisent le plus de saisonniers pour les vendanges.

Selon la Dares, “les régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur concentrent à elles seules plus de 50 % du volume de travail saisonnier annuel de la filière agricole”. La Normandie, l’Ile-de-France et la Corse figurent parmi les moins gourmandes.

En attendant, la fermeture des frontières intra-européennes suite à la pandémie de Covid-19 n’a pas permis aux saisonniers étrangers de venir travailler sur le sol français cette année, d’où une pénurie de main-d’œuvre qui menace les exploitations. La présidente de la FNSEA Christiane Lambert chiffrait il y a peu à 200 000 personnes les besoins d’ici l’été. Et visiblement les candidats ont répondu à l’appel. 

Des liens pour aller plus loin :

L’édition 2020 du Déméter, avec un article sur la discrète, mais indispensable main d’oeuvre agricole migrante : https://www.cairn.info/le-demeter–0011662116-page-229.htm

Article de Frédéric Décosse dans la revue du GISTI.

Le travail du care à Madrid et à Paris. Les enjeux de la professionnalisation à l’intersection du genre, de la classe et de l’ethnicité

Mardi 10 janvier
Intervenante : Paloma Moré Corral (sociologue, Universidad Complutense de Madrid)
Discutante : Juana Moreno Nieto (Labexmed-LEST/CNE)
Ecouter Paloma Moré Corral

Le travail du care

Elle a publié plusieurs articles sur cette question, parmi lesquels :

  • 2016. “Configuraciones del cuidado de larga duración en España y Francia: dos modelos contrapuestos”, Zerbitzuan 60: 163-178.
  • 2016. “Cuidados  “en  cadena”:  cuerpos,  emociones  y  ética  en  las  residencias  de  personas  mayores”, Papeles del CEIC 1(146).
  • 2015. “When Your CV is ” To Be a Latina Woman ” : Re-articulation of Stereotypes and Re-construction of Identity of Ecuadorian Women Working in the Care Sector”, in Maria Caterina La Barbera (ed.), Identity in Migration in Europe: Multidisciplinary Perspectives, Switzerland: Springer: 193-208.
  • 2014. « Les employé(e)s domestiques dans le travail de care : corps et investissement de soi entre éthique et contrainte », Travailler 2(32): 33-53.
  • 2013. “La vuelta de las “internas”: crisis y condiciones laborales en el empleo de hogar y el trabajo de cuidados”, Sociología del Trabajo 79: 30-48.

Affiche Séminaire Migtrav – Saison III Séminaire 1

Esclaves, serfs, engagés, salariés migrants. Une histoire globale du travail dépendant et de ses circulations

Mardi 11 Octobre 

Matinée

“.”
Intervenant : Alessandro Stanziani (EHESS)
Discutants : Delphine Mercier (LEST) et Boris Pétric (CNE)
Ecouter Alessandro Stanziani

Alessandro Stanziani est historien, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS rattaché au Centre de Recherches Historiques. Ses travaux récents portent notamment sur la servitude dans le monde russe et l’océan Indien.

Sailors, Slaves and Immigrants…

 Il a publié plusieurs travaux sur cette question, parmi lesquels :

– 2015 – “Slavery and Bondage in Central Asia and Russia: 14th-19th centuries”, in Christopher Witzenrath, eds, Eurasian Slavery, Ransom and Abolition in World History, 1200-1860, Farnham: Ashgate: 81-104.
– 2014 – Bondage. Labor and rights in Eurasia, 16th-20th centuries, Oxford and New York, Berghahm,février.
– 2014 – Sailors, Slaves and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914. Palgrave MacMillan, 196 p.
– 2013 Avec G. Campbell (ed.) – Debt and Slavery in the Mediterranean and Atlantic Worlds, Londres, Pickeringg and Chatto Publishers, Financial History 22, 208 p.
– 2013 – “Beyond Colonialism. Servants, Wage earners and Indentured Migrants in Rural France and Reunion Island, c 1750-1900”, Labour History, 54(1): 64-87.
– 2012 – “Travail, droits et immigration. Une comparaison entre l’île Maurice et l’île de la Réunion (années 1840-1880)”, Le mouvement social, 241: 47-64.
– 2010 – Le travail contraint en Asie et en Europe, XVIIe-XXe siècles, Paris, MSH éditions.

Genre, travail et immigration dans la France de l’entre-deux-guerres

Mardi 13 Septembre 
Intervenante : Linda Guerry (UQAM)
Discutants : Stéphane Mourlane (TELEMME) et Francesca Sirna (URMIS)
Ecouter Linda Guerry

Genre, travail et immigration

Linda Guerry est historienne, diplômée de l’Université d’Avignon où elle a soutenu sa thèse “(S’)exclure et (s’)intégrer : le genre de l’immigration et de la naturalisation : l’exemple de Marseille (1918-1940)” sous la direction de Françoise Thébaud en 2008.

Elle a publié plusieurs travaux sur cette question, parmi lesquels :

– 2015 – “Italien-ne-s à Marseille dans les décennies 1920 et 1930 : flux migratoires et marché du travail”, in Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana 11: 57-70.
– 2014 – “Mobilisations transnationales. Le cas de l’International Migration Service, 1921-1939” in Monde(s) 5: 219-237.
– 2014 – “A Local/Transnational Approach to Migration: the International Migration Service and its Marseilles Office in the First Half of the 20th Century” in Philip Whalen and Patrick Young (ed.), Place and Locality in Modern France, London, Bloomsbury Press: 65-75.
– 2013 – Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940), Lyon, Éditions de l’École normale supérieure.
– 2011: “Le genre de la naturalisation: l’exemple des Bouches-du-Rhône (1918-1939)”, in Philippe Rygiel (ed), Politique et administration du genre en migration. Mondes atlantiques XIX-XXe siècles, Paris Publibook: 112-135.

Affiche Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 6

Migrants et cancers professionnels. Division sociale du travail et de ses risques et accès au droit à réparation, retours sur l’enquête permanente du Giscop93

Mardi 14 Juin
Intervenante : Anne Marchand (LAMES-IDHES)
Discutant : Paul Bouffartigue (LEST)
Ecouter Anne Marchand

Anne Marchand est socio-historienne, doctorante au laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société et au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie où elle prépare sa thèse sous la codirection de Nicolas Hatzfeld et de Pierre Fournier. Celle-ci a pour titre provisoire “Histoire(s) de cancer professionnels et travaux cancérogènes en Seine-Saint-Denis : de la quête de la réparation à la (re)connaissance par traces.”

Chibani – Les vieux migrants

Elle a publié plusieurs travaux sur cette question, parmi lesquels :

  • 2016 [A paraitre] – “Quand les cancers du travail échappent à la reconnaissance : les facteurs du non recours au droit”, Sociétés Contemporaines 102.
  • 2015 – “Le travail tue… lentement”, Plein droit 106: 15-18.
  • 2015 (avec Rollin Z.) – “Ce que l’intervention fait à la recherche dans un contexte de maladie grave”, Santé Publique 27: 331-338.
  • 2015 – “la (non-) reconnaissance des cancers d’origine professionnelle”, Thébaud-Mony et al (dir) Les Risques du travail, pour ne pas perdre sa vie à la gagner, La Découverte.
  • 2010 – “La reconnaissance en maladie professionnelle : perceptions et usages de ce droit par des personnes atteintes de cancer”, mémoire de Master 2 en sciences sociales, option enquêtes, terrains, théories (ETT), ENS/EHESS, sous la direction de Annie Thébaud-Mony.  

Affiche Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 5

Niveau d’éducation des migrants, mixité des unions. Quel “grand remplacement” ?

Mardi 10 Mai Matinée


Intervenant : Hervé Le Bras (EHESS)
Discutant : Mustapha El Miri (LEST)
Ecouter Hervé Le Bras

Hervé Le Bras est démographe, directeur de recherche émérite à l’INED et directeur d’études à l’EHESS, rattaché au Laboratoire de Démographie et d’Histoire Sociale (LaDéHiS).

Sur cette question, il a publié:
    2016 – Anatomie sociale de la France, Paris, Robert Laffont.
    2016 – “Panica demografica”, Le Débat 2/2016 (n° 189): 39-45.

Le grand remplacement

Affiche du Séminaire Migtrav – Séminaire 4 Saison II

Alain Morice, L’utilitarisme migratoire. Retour sur un concept, détour par les terrains qui l’ont vu naître ; Ya-Han Chuang :  Le paradoxe de l’enclave économique. Quand la CGT rencontre les travailleurs chinois sans papiers & Hélène Lebail : Femmes chinoises et travail du sexe à Paris. Stigmatisation et action collective

Mardi 12 Avril

“L’utilitarisme migratoire : retour sur un concept, détour par les terrains qui l’ont vu naître.”
Intervenant : Alain Morice (URMIS)
Discutant : Frédéric Decosse (LEST)
Ecouter Alain Morice

Il a publié divers articles sur la question des politiques migratoires et sur leurs articulations avec le travail parmi lesquels :
– 2001 – « “Choisis, contrôlés, placés” – renouveau de l’utilitarisme migratoire », Vacarme 14: 56-60
– 2002 – « L’utilitarisme migratoire en question », A l’encontre 5: 12-22
– 2004 – « Le travail sans le travailleur », Plein Droit 61: 2-7
– 2005 – « Les saisonniers agricoles en Provence : un système de main-d’œuvre », in GISTI, Immigration et travail en Europe. Les politiques migratoires au service des besoins économiques: 17-26.

 “Le paradoxe de l’enclave économique : quand la CGT rencontre les travailleurs chinois sans papiers.”
Intervenante : Ya-Han Chuang (GEMASS)

Discutant : Charles Berthonneau (LEST)
Ecouter Ya-Han Chuang

Ya-Han Chuang est sociologue, affiliée au Groupe d’Etude des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne (GEMASS) où elle a soutenu sa thèse en 2015 sous la direction de Didier Lapeyronnie (“Migrants chinois à Paris : au-delà de l’ « intégration » : la formation politique d’une minorité”).

Sur cette question, elle a publié divers articles et chapitres d’ouvrage parmi lesquels :

– 2016 [A paraitre] – “Le paradoxe de l’enclave économique : quand la CGT rencontre les travailleurs chinois sans-papiers”, Sociétés contemporaines
– 2013 – “Les manifestations des Chinois de Belleville. Négociation et apprentissage de l’intégration”, La vie des idées, 15 juillet.
– 2013 – “Problematizing Chinatown : conflicts and narratives surrounding Chinese quartiers in and around Paris.” with Anne-Christine Trémon in Bernard Wong et Chee-Beng Tan (dir.), Chinatowns around the world : Guilded ghetto, Ethnopolis, and Cultural Diaspora. Leiden : Brill.

“Femmes chinoises et travail du sexe à Paris : stigmatisation et action collective.”
Intervenante : Hélène Lebail (CERI)

Discutante : Prune de Montvalon (URMIS)
Ecouter Hélène Lebail

Hélène Le Bail est politiste, chargée de recherche au CNRS, rattachée CEntre de Recherche Internationale (CERI).

Sur cette question, elle a publié notamment cet article :
2015 – « Mobilisation de femmes chinoises migrantes se prostituant à Paris. De l’invisibilité à l’action collective », Genre, sexualité & société 14 [En ligne].

Affiche du Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 3

Le travailleur et ses papiers. Accès à l’emploi des étrangers en situation irrégulière en France

Mardi 8 Mars
Intervenant : Stefan Le Courant (LESC)
Discutante : Anne-Marie Arborio (AMU-LEST) 
Ecouter Stefan Le Courant

Stefan Le Courant est ethnologue. Soutenue en 2015 à l’Université Paris Ouest Nanterre – La Défense et dirigée par Georges Augustins, sa thèse s’intéresse à ce que produit l’expulsabilité dans le quotidien des sans-papiers. Elle a pour titre : « Vivre sous la menace. Ethnographie de la vie quotidienne des étrangers en situation irrégulière en France ».

Il a publié divers articles et chapitres d’ouvrage parmi lesquels :

  • 2015 – « Le poids de la menace l’évaluation quotidienne du risque d’expulsion par les étrangers en situation irrégulière », Ethnologie française XLV(1) 123-133.
  • 2014 – « Être le dernier jeune ». Les temporalités contrariées des migrants irréguliers, Terrain 63 : 38-53.
  • 2014 – “Le jour où on a découvert l’Europe”‪ Le voyage et l’aventure dans le récit d’Ibrahim Kanouté, Hommes & migrations 1306(2) : 73-80.
  • 2013 – “What can we learn from a “Liar” and a “Madman”? Serendipity and double commitment during fieldwork”, Social Anthropology/ Anthropologie sociale, 21 (2): 186-198.
  • 2013 – “Moi je viens de Mars, et toi ?” Le rire dans les espaces publics de la Goutte d’Or, Terrain, 61 : 54-67.
  • 2010 – “L’intériorisation de la frontière sous menace d’expulsion. Le quotidien des étrangers en situation irrégulière”, in D. Fassin (éd.), Les nouvelles frontières de la société française. Enquête sur l’altérité nationale (Paris, La Découverte) : 455-476.
  • 2009 – “Remettre son passeport à la police ? Coopérer, s’opposer à la procédure juridique d’expulsion du territoire français”, in C. Kobelinsky et C. Makaremi (éd.), Enfermés dehors, enquête sur le confinement des étrangers (Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant) : 183-201.

Affiche Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 2

Le gouvernement des frontières. De la précarité juridique à l’exploitation économique

Mardi 9 Février
Intervenante : Chowra Makaremi (IRIS)
Discutant : Cédric Parizot (IREMAM)
Ecouter Chowra Makaremi

Le gouvernement des frontières

Chowra Makaremi est anthropologue. Soutenue en 2010 à l’Université de Montréal et dirigée par Mariella Pandolfi, sa thèse portait sur les zones d’attente et jetait un regard ethnographique sur un segment méconnu du dispositif d’enfermement des étrangers en France. Elle est aujourd’hui chargée de recherche au CNRS et affectée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). Ses recherches portent d’une part, sur les usages de la violence politique en Iran et d’autre part, sur les politiques migratoires, le confinement des étrangers et les mineurs.
Dans ce second domaine, elle a publié divers articles et chapitres d’ouvrage parmi lesquels :

  • 2015, “Border Policies. From Denizens to Legal Ghosts”, in Lehmkuhl Ursula, Lüsebrink Hans-Jürgen & McFalls Laurence (ed.) Spaces of Difference: Conflicts and Cohabitation, New-York, Waxmann.
  • 2013, avec D. Fassin et al, Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil.
  • 2010, « Les audiences du 35 quarter: “la procédure de jugement en zone d’attente” », in Fassin Didier (ed.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, pp. 437–458.
  • 2009, avec C. Kobelinsky (dir.), Enfermés dehors. Enquêtes sur le confinement des étrangers, Bellecombe en Bauges, Éditions du Croquant (Terra), 335 p.
  • 2008, « Participer en observant : Etudier et assister les étrangers aux frontières », in Fassin Didier & Bensa Alban, Politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, pp.165-183.

Affiche du Séminaire Migtrav – Saison II Séminaire 1

Informalité, précarité ? Femmes boliviennes au travail dans les métropoles de la migration (une comparaison Argentine-Espagne)

Mardi 14 Avril
Intervenante : Virginie Baby-Collin (TELLEMMe)
Discutante : Delphine Mercier (LEST)

Femmes boliviennes au travail…

Virginie Baby-Collin est professeur agrégé, titulaire d’un doctorat de géographie de l’Université de Toulouse et d’une Habilitation à Diriger les Recherches soutenue à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense en 2014. Elle est maître de conférences en géographie a l’Université d’Aix-Marseille, rattachée au laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (TELEMME).

Influencés par le paradigme transnationaliste, ses travaux portent sur la question urbaine, l’exclusion, l’identité (notamment indienne), ainsi que sur la mobilité et les migrations.  Elle a développé la majeure partie de ses recherches  sur le continent sud (Bolivie, Venezuela, Argentine) et nord-américain (Mexique, États-Unis) et plus récemment en Espagne. Celles-ci ont donné lieu à de nombreuses publications dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs et en nom propre, parmi lesquelles on retiendra notamment :

  • Baby-Collin Virginie, Sassone Susana, «De l’emploi informel au travail précaire. Femmes migrantes dans les métropoles de la globalisation», in Bouffartigue P., Busso M., Supervielle M. (dir.), Informalité, précarité, regards croisés etre Europe et Amérique latine. Travail, jeunesse et migration à l’heure de la mondialisation, IHEAL, Paris, 2015, p. 189-216
  • Baby-Collin Virginie, «El servicio doméstico en trayectorias de bolivianas migrantes a España», in Durin S. , De la O M-E., Bastos S. (dir.), Trabajadoras en la sombra. Dimensiones del servicio doméstico latinoamericano, CIESAS, Mexico, 2014, p. 485-508
  • Baby-Collin Virginie, Brassamin Laurence, «Prendre place : les Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires», Revue européenne des Migrations internationales, n° 28(3), 2012, p. 127-149
  • Baby-Collin Virginie, Mercier Delphine (dir.), Sud à sud, dynamiques sociales et spatiales, Amérique latine/Méditerranée, Publications de l’Université de Provence, Aix en Provence, 2008, 314 pages

    Affiche MIGTRAV Séminaire 4 Saison I

Le détachement des travailleurs extracommunautaires en France. L’exemple des Équatoriens dans l’agriculture provençale

Mardi 10 Mars
Intervenante : Béatrice Mesini (TELEMME)
Discutant : Mustapha El Miri (LEST)

Le détachement des travailleurs

Béatrice Mesini est docteure en sciences politiques, diplômée de l’Université d’Aix-Marseille III et Chargée de Recherche de 1ère classe au CNRS, rattachée au laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée (TELEMMe). Centrés sur la problématique de l’exclusion, les travaux de Béatrice Mésini portent sur trois champs principaux : les formes de l’habitat “durable” dans les territoires ruraux ; les dynamiques d’organisation des “Sans” et des mondes paysans ; les migrations/mobilités de travail dans l’agriculture. 

Sur cette dernière thématique, elle a publié divers articles dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs parmi lesquels : 

  • 2015 – “Mobilités andines dans l’agriculture méditerranéenne : le détachement transnational à l’épreuve”, in G. Azoulay et al. (dir.), Mobilités et migrations : Figures et enjeux contemporains. Pluralité des regards et des disciplines, Presses Universitaires de Sceaux, Paris pp. 171-183.
  • 2014 – «The transnational recruitment of temporary Latino workers in European agriculture», in G. Jorg et S. Sarah (dir.), Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture. The Social Costs of Eating Fresh: Earthscan Food and Agriculture, Routledge: New York. pp. 71-82.
  • 2013 – « Mobiles, flexibles et réversibles. Les travailleurs saisonniers maghrébins et latinos “détachés” dans les champs de Provence », Hommes & Migrations 1301: 67-76
  • 2010 – «Seasonal workers in Mediterranean agriculture Flexibility and insecurity in a sector under pressure», in C. Thornley et al. (dir.), Globalisation and precarious forms of production and employment : challenges for workers and union, Edward Elgar: Cheltenam UK. pp. 98-113
  • 2009 – «Contentieux prud’homal des étrangers saisonniers dans les Bouches-du-Rhône», Études rurales 182: 121-138

    Affiche du Séminaire MIGTRAV Saison I Séminaire 3

 

La dimension sexuée du salariat bridé migrant. L’exemple des ramasseuses de fraise marocaines recrutées en origen à Huelva (Espagne)

Mardi 10 février
Intervenante :  Emmanuelle Hellio (URMIS-Nice)
Discutant : Fréderic Décosse (LEST)

Importer des femmes pour exporter des fraises

Emmanuelle Hellio est docteure en sociologie, diplômée de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Dirigée par Jocelyne Streiff-Fénart, sa thèse a pour titre “Importer des femmes pour exporter des fraises ? Flexibilité du travail, canalisation des flux migratoires et échappatoires dans une monoculture intensive globalisée : le cas des saisonnières marocaines en Andalousie”.Les travaux d’Emmanuelle Hellio porte sur les chaînes globales de valeur et le système productif agricole intensif mondialisé;
les politiques migratoires et la gestion partagée des flux migratoires en Méditerranée; la question du genre en migration et au travail…

Elle a publié divers articles dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs parmi lesquels:

  • “Importer des femmes pour exporter des fraises (Huelva)”, Études Rurales 182 (2008),
  • “Futur simple et futur compliqué Les Travailleurs étrangers en transit dans la roue saisonnière espagnole’, Hommes & Migrations 1301 (2013),
  • “Saisonnières à la carte : Flexibilité du travail et canalisation des flux migratoires dans la culture des fraises andalouses”, Cahiers de l’URMIS 14 (2013),
  • “‘We don’t have women in boxes’: channelling seasonal mobility of female farmworkers between Morocco and Andalusia”, in J. Gertel & SR. Sippel, Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture. The Social Costs of Eating Fresh: Earthscan Food and Agriculture (2014).

Du travailleur agricole bridé au salarié précaire nomade. Modalités d’intégration subalterne des migrants mexicains sur le marché du travail états-unien

Mardi 13 Janvier
Intervenante : Alejandra Aquino Moreschi (CIESAS Oaxaca-Mexique)
Discutant : Frédéric Décosse (LEST)

Des luttes indiennes au rêve américain

Alejandra Aquino est enseignante-chercheuse au CIESAS Pacifico Sur et membre au Mexique du Système national des chercheurs (SNI, Niveau 1). Elle a obtenu un doctorat en sociologie à l’EHESS à Paris (2010); sa thèse, intitulée “Entre Luttes indiennes et rêve Américain. L’Expérience migratoire des indiens Mexicains aux Etats-Unis”, a remporté le prix de l’Institut des Amériques. Depuis dix ans, elle travaille sur les migrations entre le Mexique et les États-Unis et s’est plus particulièrement intéressée : au contrôle de la mobilité des migrants sans papiers ; à l’intégration de la main d’œuvre étrangère dans des marchés du travail globalisés et ethniquement segmentés (comme par exemple les services d’aide à personne, l’agriculture ou les services de nettoyage gérés par des entreprise de sous-traitance) ; aux nouvelles formes d’action collective qui voient le jour dans la migration, ainsi qu’à l’expérience de l’affirmation personnelle des migrants.

Parmi ses publications :
“Des luttes indiennes au rêve américain. Migrations de jeunes zapatistes aux Etats-Unis”, Rennes: PUR, 2014.

Pour aller plus loin voir les publications de Alejandra Aquino Moreschi